Com’ digitale !

La communication digitale, quel beau métier.

Fut un temps, ce métier était uniquement effectué par des développeurs ou des infographistes (1998), puis il rentra dans les agences de publicité par la petite porte de la bannière hors-médias (2000-2004). Et puis, les agences de publicité aperçurent que c’était une valeur ajoutée essentielle pour gagner des recos, alors elles créèrent leur pôle digital (2005-2008). Et puis, les budgets publicitaires « médias » étant transférés vers l’Internet, ce dernier gagna ses galons de média et devint un centre de profit à part entière. Alors les agences de publicité devinrent spécialistes en stratégies de communication digitales (2010).

Mais c’était déjà trop tard ! Les agences médias, se disant (avec justesse) qu’elles pouvaient aussi se mettre à faire de la bannière et le mini-site qui allait avec, se mirent à vendre de la e-pub. Les Pure-Players, maîtrisant tout le process de la conception à la réalisation web, décidèrent de faire aussi de la communication. Quand aux spécialistes (mktg buzz & viral, mktg communautaire, mktg relations blogueurs, mktg luxe, etc.), ils envisageaient depuis longtemps de faire leur trou chez l’annonceur, répondant avec beaucoup plus d’acuité qu’une agence à des problématiques précises.

Résultat en 2010 : le monde de la com’ digital est aujourd’hui un fourre-tout où l’on trouve le meilleur comme le pire. Et comme il s’agit d’un monde de publicitaires où tout le monde s’aime, il faut bien de temps à autre essayer d’analyser franchement ce qui s’y passe, quitte à s’attirer les foudres des géants de la pub.

C’est le but de ces articles, véritables témoignages des transformations de la communication digitale depuis maintenant 4 ans. Bonne lecture.

Planning digital et stratégies digitales

Témoignages de pros du digital en agence :

Les dinosaures de la pub s’accrochent

Les annonceurs et le digital

Com’ et marketing en général

Techniques de market-com digitales

Des campagnes de e-pub qui valent qu’on les critique

Marketing cinéma