Growth Hackers du malheur, Attention Whores de l’horreur, Internet ne vous oubliera pas

51522694Les attentats de vendredi dernier ont montré que les médias volatiles pouvaient être utilisés de la meilleure des façons, mais aussi de la pire. Il est nécessaire aujourd’hui de garder de la mémoire de ce qui se passe sur ces réseaux éphémères et censurables (Facebook, Twitter, Instagram, etc.) pour refuser l’impunité numérique que certains visent.

Lors d’une tragédie, mon sens inné de la contradiction me donne envie de taper non pas sur les crétins manipulés, les lobotomisés qui suivent aveuglement leur gourou, mais sur ceux qui profitent de l’horreur pour grappiller des parts de voix. Car ce sont eux qui, à force de discours, d’actions opportunistes et contradictoires ont suffisamment abêti les paumés pour que ceux-ci aillent chercher ailleurs une raison de vivre ou plutôt de mourir.

Et grâce aux réseaux de l’immédiateté (je pense à Twitter notamment), ils se dévoilent pendant quelques minutes, montrant à tous leur véritable figure, sans le filtre de conseiller en communication. Et c’est pas beau à voir : haine, mépris pour la douleur, opportunisme, … la lie de l’humanité. Alors forcément quelques jours après, sous les conseils avisés des consultants en image, tout cela aura disparu des réseaux. C’est d’ailleurs pour cela que le droit à l’oubli à été voté . Pour que ces politiciens accèdent au droit à l’impunité numérique.

Ma colère ayant besoin d’un dérivatif, le voilà donc en espérant que vous aurez le temps de lire cet article avant qu’il ne soit supprimé de Google (par des voies légales votées par des gens qui ne comprennent pas Internet) et ne se noie dans les limbes du deep deep Web.

Les 3 réactions « normales » sur Twitter

En généralisant un peu, on peut remarquer qu’un évènement aussi grave que celui de vendredi 13/11, les gens vont passer par 3 phases sur Twitter :

  • Phase 1, l’incrédulité. « Pas possible« , « C’est un hoax ?! » Cette phase va durer entre 0,15 seconde et 5 minutes, le temps de lire une source officielle.
  • supermamie2Phase 2, la peur pour soi et ses proches. La peur, la plus ancienne et la plus forte émotion de l’humanité (d’après Lovecraft) va se dévoiler à travers des pratiques diverses : « @untel, ça va toi ?« , « Des nouvelles de untelle, vue la dernière fois pas loin de là où ça a pété ?« 
  • Phase 3 : là les réactions sont différentes et très personnelles. Pour certains, c’est la colère « la bande d’enculés en turbans, on va aller leur péter lagl avec nos drones atomiques« . Pour d’autres, c’est le moment de l’introspection, de la réflexion : « En même temps, quand on est en guerre, faut pas s’étonner de se prendre des balles. » « L’horreur boomerang« . ou encore ce magnifique mouvement de Danielle, la mamie philosophe qui apporte des fleurs à nos morts. Pour d’autres enfin, c’est l’élan humaniste, aider par tous les moyens. On l’a vu avec le magnifique #PorteOuverte, mais aussi avec l’affluence pour donner son sang. C’est beau l’humanité.

Et puis il y a d’autres bipèdes. Ils se disent humains, mais ils n’ont dans leur cœur qu’un vide comblé par le pouvoir, l’argent et la reconnaissance. Pour eux, les trois phases sur Twitter sont remplacées par 2 réactions de base.

Réaction 1 : enfoncer vite ses adversaires politiques

Dès la confirmation officielle de l’évènement, le sous-homme va utiliser les émotions des humains normaux (peur, colère, incompréhension) pour critiquer ses adversaires politiques, pour dénoncer les autres partis. Vendredi soir, les corps des victimes encore chauds, il va saisir son portable, son mobile et écrire…awpolitic

  • 22h48, quelques minutes après les premiers morts, le leader du FN de Normandie twitte « pendant que ce hollande et ce valls combattaient le FN, des assassins sanguinaires préparaient leurs attentats. honte à eux« . Un tweet évidemment effacé plus tard.
  • 23h14, Louis Sarkozy, si jeune et déjà si con, publie : « La faiblesse et l’incompétence du président Hollande devient un danger mortel pour la France« . Un autre tweet effacé, papa est passé par là.
  • 23h29, Philippe de Villiers tapote avec ses doigts : « Immense drame à paris, voilà où nous ont conduit le laxisme et la mosqueïrisation de la france« 
  • Lionel Luca « Ce soir Paris c’est Beyrouth! Logique pour un pays en voie de libanisation. Nous paierons cher notre lâcheté face au communautarisme!« 
  • etc.
  • etc.

Quelques exemples parmi d’autres de ces impudeurs médiatiques, qui grâce à la suppression de tweet et au droit à l’oubli vont vite disparaitre d’internet. Heureusement que quelques médias intelligents gardent les traces de ces ordures.

11204944_10153694239682356_2931264103617004828_n

Réaction 2 : en profiter pour faire sa publicité

Un élu de Courbevoie, bien connu de ce blog pour avoir tenté de se faire passer pour le président de Facebook, puis en m’ayant menacé de déposer plainte à propos de cet article, et enfin après une demande larmoyante de suppression de l’article par mail « on a le droit à une deuxième chance dans la vie« , et qui a utilisé le droit à l’oubli de Google pour désindexer mon article, … Cet élu, donc, spécialiste du nettoyage de son e-reputation, a depuis peu un nouvel axe de communication publicitaire : le gaspillage alimentaire. Le soir même des évènements, il se fend donc d’un tweet qui se conclut par : « Les terroristes ne nous arrêteront pas. #GaspillageAlimentaire » et un lien vers un article du Figaro (encore – il doit avoir des potes là-bas). Car chez cet élu, il ne faut jamais gaspiller une occasion de faire sa pub, même si c’est sur le dos de 129 morts.

arashcnnLe lendemain, ce même élu (décidément, on va croire que je lui en veux, mais non, c’est juste qu’il abuse) va se faire interviewer par CNN. Son magnifique discours prône la paix entre toutes les nations. C’est beau. Dommage que CNN l’ai interviewé en tant que « french survivor of the paris attack« .

12232835_10153694328047356_3189220891250499311_oL’élu de Courbevoie va même jusqu’à poster une photo avec l’interviewer de CNN sur la place de la république. Oui, pendant que derrière, on pleure ses morts, lui se marre de passer à la télé américaine. Un vautour aurait certainement eu plus de décence.

Alors forcément, CNN dira plus tard que la faute « french survivor » venait d’eux, mais sur le coup l’élu n’a pas fait beaucoup de choses pour les désavouer. Il le fera plus tard, après s’être fait spoter sur Facebook. Il tentera alors de supprimer les photos en appelant directement le responsable du post (« désolé, c’est pas ma faute, je le referai plus, etc.« ).

C’est peut-être vrai, mais avouez que cet élu n’a pas de chance, avec le Figaro et le JDD qui l’interviewent en tant que président de Facebook et 6 ans après, CNN en tant que rescapé d’un attentat, les médias s’acharnent à faire de lui un grand homme décidément. Heureusement, que cet élu maitrise toutes les techniques de nettoyage de sa e-reputation. Et malgré mes précautions (je ne cite pas son nom), je pense que cet article tombera vite dans le deep web.

Nous on pleure, eux ils développent des stratégies électorales

respeectCes comportements sont navrants. Un tweet du 17/11 les résume bien : « nous on pleure, eux ils développent des stratégies pour gagner des élections« . Pendant que les humains se rassemblent, eux divisent pour gagner des parts de voix médiatiques. Car pour eux, qu’importent les morts, l’horreur de l’injustice, la douleur des proches. Pour ces sous-hommes, seule compte l’attention qu’ils vont créer, les médias qu’ils vont mobiliser, les polémiques qu’ils vont déclencher.  Et évidemment, une fois leur but atteint, une fois la polémique déclenchée, ils vont supprimer leurs tweets et leurs posts, nettoyer le politiquement incorrect. Ils vont même jusqu’à faire des excuses aux accents d’une sincérité plate : « pardonnez moi, je ne savais pas, je ne le referai pas« . Leur e-reputation nettoyée, ils pourront recommencer la fois suivante. Impunité numérique.

C’est là que les médias intelligents trouvent leur utilité : se souvenir « officiellement » de ces crapules, ressortir au bon moment (élections) les cadavres cachés sous le tapis de leur e-réputation irréprochable. Il n’y aura que les médias pour le faire, car les blogs qui en parlent sont peu à peu déréférencés, envoyés dans les profondeurs du web par des boites de nettoyage. Il ne reste donc que les médias, les journalistes numériques pour assurer la mémoire visible de cet Internet éphémère.

Auront-ils le courage de le faire ?