1/ Acquisition, 2/ Rétention, 3/ Monétisation gros con !

1/ Acquisition, 2/ Rétention, 3/ Monétisation gros con !

Tel le pointilleux Vlad Tepes sur son trône, je rêvasse parfois en me disant qu’il y a des gens qui méritent le pal.

Ce soir, c’est Sundar Pichai, le CEO de Google, que j’aimerais empaler sur un pieu pas trop pointu, pour qu’il y descende lentement.

Étant d’un naturel taquin, le pieu serait gradué tous les 3 cm du nombre d’années où j’ai utilisé Gmail. Ainsi, commençant par 2019, Sundar descendrai année après année jusqu’en 2004 où je le libérerai enfin de son pal. 45 cm devrait être une punition suffisante.

Mais pourquoi tant de haine envers Sundar Pichai ? 

Si Sundar Pichai mérite le pal c’est parce qu’il vient de me démontrer que je suis un crédule de la plus pure espèce. Un niais, un jobard, un naïf, pour tout dire, un gogo. Et je n’aime pas qu’on me prouve que je suis un pigeon.

Ainsi, que vous ayez choisi ou non la nouvelle évolution de Gmail, vous avez pu constater dans votre boite mail avec surprise l’apparition d’e-mails publicitaires non sollicités. Des spams donc (pourquoi les qualifier autrement) à tendance commerciale, qu’on ne peut pas même pas supprimer ou « mettre en spam » (la killer feature de Gmail).

gmail publicité
De la pub dans son antre numérique la plus personnelle…

Non, de la même façon que ton téléphone, qui t’envoie des SMS d’annonceurs que tu ne peux bloquer, Google t’envoie de la pub quand il le veut sans que tu ne puisses rien y faire.

Un peu comme si La Poste t’envoyait du spam dans ta boite aux lettres… Euh, mais attends, ils le font déjà.

Mea culpa, mea culpa, mea máxima culpa

Si j’en veux autant à Sundar Pichai, c’est parce que c’est ma faute. Je suis le seul coupable. En effet, en 2004, c’est ma fainéantise, mon envie de simplicité immédiate, d’efficacité et de briller en société (Gmail était accessible sur invitation) qui m’a fait abandonner Eudora et Thunderbird, tel le plus abruti des early adopters.

1/ Acquisition, 2/ Rétention, 3/ Monétisation gros con !

Mais comprenez moi. En 2004, j’étais persuadé que Google était une boite sympa qui allait révolutionner le monde, nos modes de travail, l’éducation, pour proposer une société basée sur l’égalité numérique. Bien loin du méchant Microsoft qui nous pourrissait à cette époque nos ordinateurs (il continue d’ailleurs mais maintenant il le fait avec l’aide de l’état). Oui, j’étais vraiment naïf.

Mais comment ne pas l’être face aux stratégies des startups ? Des stratégies éprouvées reposant sur des techniques historiques comme par exemple la transformation des guerriers des plaines en alcoolos moyens ou encore la celle de jeunes paumés en drogués au crack

La stratégie du 1, 2, 3 tu l’as dans le baba !

Le nom technique de cette stratégie c’est 1,2,3 tu l’as dans le baba :

  1. Captation : « C’est gratuit, c’est génial, tiens prends-en, c’est cadeau ! » (ça marche encore mieux avec des invitations privées)
  2. Rétention : « Ailleurs, c’est moins bien. D’ailleurs regarde comme on se comprend. Supprime donc tous tes autres fournisseurs. Devient dépendant. »
  3. Monétisation : « Maintenant tu vends ton cul si tu veux ta dose ! ».
1/ Acquisition, 2/ Rétention, 3/ Monétisation gros con !

Avec Gmail, nous sommes donc arrivés dans la phase 3, celle où l’utilisateur va payer. D’abord, il va payer pour le stockage de se pièces jointes (vous remarquerez la nullité de l’outil de récupération de pièces jointe, il ne s’agirait pas de faciliter le travail des utilisateurs non plus). Ensuite il va se prendre du spam non sollicité dans la figure. En enfin, il se fait lire ses données privées sous prétexte d’amélioration du service et détection de virus dans les pièces jointes. Viens là que je te presse, gentil petit citron.

N’ayant pas envie de vendre mon derrière pour consulter mes mails, quelles sont mes alternatives ?

1/ Acquisition, 2/ Rétention, 3/ Monétisation gros con !
  • Backuper mes 50 Go de mails de Gmail pour les insérer sur un Thunderbird ou Eudora ? Comptez environ 300 heures pour les organiser et les trier.
  • Utiliser d’autres webmails ? Cela fait bien 15 ans que j’essaie de récupérer mon email de LaPoste.net sans succès. Autant dire qu’on risque le même genre de déconvenues sur les autres webservices.

Et puis quitter Gmail, signifie perdre toutes mes adresses en @gmail, et tous mes contacts qui préfèrent m’écrire plutot que de passer par facebook. Perdre également tous vos login de services web.

Bref, après 15 ans, impossible de se débarrasser de Gmail facilement. Quoi que je fasse pour sortir de cette emprise, je perdrais au moins énormément de temps. Sundar Pichai me l’a mise bien profond et c’est bien pour ça qu’il mérite le pal.

Hygiène numérique

Vu les 5 dernières années de Google, et la monétisation poussée de tous ses services, il était inévitable que l’on en arrive là avec Gmail. Mais ce n’est pas terminé. Aussi, il devient important de réduire notre dépendance aux services de Google ou des autres entreprises siliconées (Netflix, Spotify, Facebook, Dropbox et compagnie).

1/ Acquisition, 2/ Rétention, 3/ Monétisation gros con !

Ca s’appelle de l’hygiène de vie numérique. Et ce serait bien d’apprendre ça à l’école au lieu de faire bosser les gamins sur du Microsoft.

Alors comment faire ?

  • Pour le cloud, j’utilise les services de l’association Zaclys. Ca marche pareil qu’un Dropbox ou Google Drive, sauf que c’est en France et que personne ne scanne vos contenus. Tellement bien que je l’utilise même pour ma société.
  • Pour les e-mails, j’utilise d’autres webmail que gmail. par exemple ceux de Gandi (Roundcube) et Protonmail quand je veux envoyer des mails tellement anonymes que je ne sais pas quoi mettre dedans.
  • Google home, TV connecté, et autres produits domotiques sont interdits chez moi. J’ai néanmoins (et je le regrette) un shield Android TV que j’éteins via la prise dés qu’il n’est pas utilisé (je ne fais pas confiance à Google pour ne pas écouter mes conversations à la maison).
  • Mes recherches online sont faites à 50% sur Duck Duck Go.
  • Et j’utilise quasi-uniquement Firefox (j’ai viré Chrome qui me mangeait toute ma RAM en plus de me forcer à m’identifier tout le temps).
  • En musique, je reste sur mes mp3 et des podcasts. C’est gratuit et il y en a partout de très bonne qualité.
  • En cinéma ? J’ai une excellente vidéothèque. Meilleure que celle de Netflix si j’ai bien compris.

Bref, je me suis mis petit à petit à sortir de l’hégémonie de ces startups qui veulent vous rendre accros à leurs services. Et nous le sommes déjà en partie hélas.

Alors pour tous les profs qui veulent bien faire, les jeunes qui veulent grandir dans un monde où on les prendra pas pour des imbéciles, les vieux qui veulent profiter de leur retraite au lieu de tout donner aux startups et les travailleurs qui veulent vivre dans un monde plus juste, reprenez avec moi…

1 – acquisition, 2 rétention, 3 ne me prends pas pour un con !