Pour arrêter de bloguer dans un violon

L’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme déclare :

Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

C’est l’introduction de l’article Bloggers Arrest Is On Rise qui présente les résultats d’un rapport du World Information Access Project (University of Washington) ayant identifié 64 blogueurs indépendants (pas d’organisation derrière), qui ont été arrêté à cause du contenu de leur blog entre 2003 et 2008.

La conclusion de l’article est édifiante : comment être étonné quand l’Iran pense à créer une loi condamnant à mort les blogueurs (Iran Now to Kill Bloggers – Follow That, China!) ou que la Chine arrête ses blogueurs politiques (China arrests political blogger) ?

Nous n’en sommes pas encore là. Seulement, je m’aperçois que la tendance est plutôt vers la répression de cette forme de communication que vers son développement.

Le blog, une utopie de liberté ?

« Bloguer » (terme purement marketing qui était plus facile à vendre que « tenir un journal ») a toujours été une activité saine permettant à une population qui avait des choses (même insignifiantes) à dire, de le dire facilement. Enfin, la notion de démocratie virtuelle si chère à Pierre Levy dans les années 96, devenait possible. Enfin, TOUT LE MONDE pouvait s’exprimer et donner son avis sur des marques et des produits, sur des hommes politiques, sur des voisins, voir sur sa grand-mère.

« Toute prise de contrôle par un petit groupe de ce qui procède de tous, toute fixation d’une vivante expression collective, toute évolution vers la transcendance annihile immédiatement le caractère angélique du monde virtuel, qui choit alors immédiatement dans les régions obscures de la domination, du pouvoir, de l’appartenance et de l’exclusion. » Pierre Levy

Ce qui ne s’achète pas…

Il a fallut que les marques et les politiques reprennent le contrôle. Pour les marques, ce fut facile. Tout s’achète, même un blogueur. Surtout un blogueur!

Donc il a fallut acheter les blogueurs. Au début insidieusement, par de petits cadeaux, puis de plus en plus  visiblement (voir Rien ne va plus dans la blogosphère). Aujourd’hui il existe des régies de publicité spécifiques « blog » chez lesquelles n’importe quel blogueur qui se croit influent va pouvoir s’inscrire pour recevoir des cadeaux des marques, voir une véritable rémunération.

Se combat…

Pour les politiques et les personnalités, il a fallut une autre technique, qui marche très bien également : la menace. Alors on menace (voir Fuyons! Les avocats (et les pourris) investissent le web…) et si ça ne marche pas, alors on fait un procès (voir Olivier Martinez est vraiment mort alors ? et
Olivier Martinez est mort…).

Le blogueur ne pourra jamais lutter contre un homme politique ou une pseudo-star de TV. Le blogueur indépendant a un métier, un vrai, qui n’est pas celui de bloguer. Le blogueur indépendant a tout à perdre à continuer à ouvrir sa bouche et critiquer.

Tout à perdre sauf sa dignité…

Internet, un éternel recommencement

Pour arrêter de bloguer dans un violon

1996, une bande de passionnés de ce nouveau moyen de publication qu’était Internet (on ne parlait pas de média à l’époque) se réunirent et tinrent conciliabule. La bière coulait à flot et les conversations allaient bon train. De cette réunion naquit les prémices de ce que fut bientôt le manifeste du web indépendant.

Petits extraits choisis…

Le Web indépendant, ce sont ces millions de sites offrant des millions de pages faites de passion, d’opinion, d’information, mises en place par des utilisateurs conscients de leur rôle de citoyens.

Face aux sites commerciaux aux messages publicitaires agressifs, destinés à ficher et cibler les utilisateurs, le Web indépendant propose une vision respectueuse des individus et de leurs libertés, il invite à la réflexion et au dialogue.

La pédagogie, l’information, la culture et le débat d’opinion sont le seul fait des utilisateurs, des webmestres indépendants et des initiatives universitaires et associatives.

12 ans après, le blog, l’outil d’expression libre par excellence se voit à nouveau menacé. Les choses ne changent pas. Espérons juste que le blog s’en remettra…

Voir également : Bloguer n’est pas un crime (sur Techcrunch) et la chronique de l’été de Arret sur Images racontant comment internet a changé l’info.