Objets connectés : entre usages pertinents et définitions opportunistes

innovation

Depuis quelques mois, la plupart des médias et des agences ont découvert que l’internet du web était en train de se transformer en internet des objets. Hélas, la plupart de ces médias (et agences) n’ayant pas d’argent pour se payer des spécialistes ont abordé ce sujet en lisant des blogs optimisés pour le référencement – des blogs connus pour leur qualité variant du assez médiocre au très très nul.

tweeting bra Objets connectés : entre usages pertinents et définitions opportunistes

Le résultat : des articles, des “études” ou des recommandations “stratégiques” qui mélangent le M2M (Machine-to-Machine), l’internet des objets et les objets connectés dans une grande mélasse où surnagent au même niveau des contre-vérités absolues et d’antiques évidences.

Certes, il est vrai qu’il s’agit d’un sujet complexe et que l’habitude des consultants est de simplifier (surtout quand ils ne comprennent pas grand choses). Mais il est temps d’apporter un éclairage un peu contrasté sur les objets connectés. Bonne lecture

Tuto > Comment transformer sa vieille alimentation PC en générateur de labo

alim1

cyroul atelier 250x250 Tuto > Comment transformer sa vieille alimentation PC en générateur de laboOui vous pouvez crâner en faisant clignoter des LED branchées à votre Arduino face à vos potes fascinés. Seulement si n’importe quel blaireau sait aligner 3 lignes de code en Arduino, c’est pas pour ça qu’il saura faire de l’électronique.

Et hélas, je suis depuis trop longtemps un blaireau qui sait aligner des lignes de code, sans avoir jamais rien pigé à l’électricité. Certainement le résultat du long travail pédagogique d’un sale prof de physique de seconde qui se délectait à me pourrir devant toute la classe. “Raaaimmmboooo au tabloooooo !” criait-t-il de sa voix suraiguë de crécelle psychopathe, me faisant venir des sueurs froides en sachant qu’une heure d’humiliation verbale était arrivée.

Et pourtant l’électricité c’est la base de la création numérique. Sans électricité et compréhension du courant électrique, pas d’électronique. Alors, par défi envers moi même et par revanche envers ce connard de prof, j’ai décidé de me plonger dans un projet de bidouille 100% électrique. Bonne lecture

le Creative Technologist, concepteur des années 2010

Metropolis2

r6t6HkR1 250x176 le Creative Technologist, concepteur des années 2010Mardi dernier, nous nous sommes réunis avec un tas de Creative Technologists pour partager le bout de gras (saucisson) en échangeant des idées (bière). Il y avait un peu de tout comme profils chez ces Creative Techs (CT). L’on trouvait du pubard, de l’artiste, de l’annonceur, du expérimenté, du frais de l’année, du très technique, du très branding, etc. Et cette rencontre nous a permis de mieux nous connaître et d’échanger sur cet intitulé qui nous réunissait.

Seulement, force est de constater qu’il ne sera pas évident de trouver une définition commune du CT. Chacun ayant en effet une perception et une utilisation différente du concept de “Creative Technologist” suivant son expérience et le lieu où il exerce cette “profession“, si c’en est une. Et pourtant, il s’est dessiné au fur et à mesure de la soirée (et de la bière ingurgitée), une image du Creative technologist qui se rapproche de celle du concepteur ergonome (UX) des années 90.

Idée très intéressante, que je m’en vais développer ici.

Bonne lecture

Facebook + Ads = Nothing

Haters-Gonna-Hate-Mark-Zuckerberg

Un article pour ceux qui aiment parler, vendre ou acheter de la pub sur Facebook. Histoire de remettre les pendules sociales à l’heure de l’internet.

Hier soir, Veritasium (je recommande) a mis en ligne une vidéo très pédagogique expliquant très clairement que 1) acheter du like sur Facebook ne fera pas monter votre “engagement” au contraire et  2) acheter du Facebook Ad pour augmenter vos likes aura à peu près la même conséquence que le 1.

Voilà la vidéo ci-dessous (qui devrait beuzer auprès de ceux qui ne vendent pas du Facebook au kilo). Et une exégèse plus bas. Bonne lecture

Imgur, dans la tête du jeune internaute anglo-saxon

cat

Mais que se passe t’il dans la tête des jeunes internautes anglo-saxons ? Pour le savoir des instituts d’étude et cabinets de conseil foireux vont vous vendre des études très très chères à base de gen Y, de générations digitales, de digital natives, ou encore sur les geeks (argh!).

En réalité, pour savoir ce qu’il y a dans la tête de ces djeunes, il suffit d’attendre la fin de l’année et de lire le best of d’IMGUR, l’un des sites américains d’image le plus fréquenté par des jeunes connectés (qui n’ont pas envie de lire mais de regarder des images).  Et voilà ce qu’on y trouve (complètement repompé d’ailleurs du best-off imgur)… Bonne lecture

2014, l’année de la pub de merde ?

politiques-sexe

Innovation, internet des objets, futur de la communication 3.0, etc., vous allez en lire des bêtises ce mois ci sur la communication sur Internet. Forcément, ça fait bien de dire que la publicité change pour s’adapter au monde du futur.

Seulement, si quelques agences de publicités regardent vers les futurs brillants, d’autres louchent vers les années 80 et sont ravis de retrouver sur Internet la possibilité de faire des vidéos très chères. Aussi, en dignes héritiers de Ségueula, ces agences vont chercher le BEUZE pour faire de la vue (page vue ou vidéo vue), ne reculant devant aucune limite  de BEUZE (le trash, le cul, le tabou, l’excessif, l’hilarant, le secret, etc.) pour atteindre leurs objectifs de BEUZE. Car, il faut que ça BEUZE et cela, à tout prix. BEUZE, BEUZE.

A ce titre, on peut prévoir que l’année 2014, bien en dehors des exceptionnelles nouveautés technologiques et comportementales qui vont la caractériser (je vous fais un article là-dessus dés que je peux), sera une année de publicités de merde sur Internet. Et ça a déjà commencé…

Bonne lecture

Le reposting n’est pas du blogging ni du journaling

rss_drop

Tout a commencé par un tweet anodin :

Une étude à la con ? Peut-être. C’est surtout une étude qui revient tous les 6 mois dans les médias. Alors légende digito-urbaine ou réalité scientifique ? Etant très curieux des néo-comportements induits par les nouvelles technologies, et n’ayant jamais pris le temps de vérifier si cette étude était sérieuse ou pas,  je décide d’en savoir plus. Là commence mon long périple vers la vérité… (tatatsoin)
Bonne lecture

Pour tout savoir sur la quenelle

image 2

Tout le monde en parle. Tout d’abord, dans les médias avides de sensationnel, ensuite dans les repas de famille propices aux sujets qui fâchent, ensuite dans les conversations de bars, remplacées depuis peu par des conversations de Facebook, et enfin par les politiciens pressés d’être cités par les médias avides vus ci-dessus.

Or, si tout le monde en parle de cette quenelle, rares sont ceux qui en parlent correctement. Aussi en digne blogueur donneur de leçon que je suis, j’ai décidé d’écrire ce petit B.A.-Ba de la quenelle afin de vous permettre de saisir peut-être toutes les subtilités de ce sujet complexe.

Bonne lecture.

Bonne lecture

De ces politiciens qui massacrent l’internet français

deputes3

Gros agacement depuis hier. Qui s’est amplifié après un thread twitter particulièrement agressif d’une bande d’hystériques voulant annihiler mon tweet de dimanche soir :

Ohh, je sais que toi le lecteur, tu te réjouis de mes coups de gueule agacés. Cela te permet de dire “Oh quel hater ce Cyroul tout de même !” et de retourner brasser ton quotidien avec un enthousiasme renouvelé d’avoir lu tout haut ce que tu penses tout bas.

Et tu me laisses, gentil lecteur, avec des questions sans réponses, des interrogations jetées à la face du monde, et avec des doutes qu’aucun parti politique ou journaliste grand public ne peut lever. Je n’aurais pas autre chose à faire de mes journées que j’en aurais des ulcères.

deputes3 De ces politiciens qui massacrent linternet français

Seulement, cette semaine, ce sont 3 nouvelles qui m’ont explosées à la figure. Ces 3 news ayant 2 dénominateurs communs : des politiciens français et Internet. Le mélange des deux n’est pas beau à voir. La preuve :

Bonne lecture