Quand les dinosaures publicitaires régnaient sur la com’

Il n’y a pas si longtemps, les dinosaures publicitaires régnaient sans partage sur la planète Communication. Leur règne incontesté apparaissait comme immuable. Leur grandeur était magnifique, leur force, irrésistible et leur appétit, gargantuesque. Ils ne nourrissaient d’ailleurs essentiellement d’annonceurs crédules et d’annonceurs ex-publicitaires reconvertis.

Et puis, un jour la comète digitale vint s’écraser sur la planète Communication. Tout d’abord les changements furent minimes. L’écosystème semblait inchangé. Alors les dinosaures publicitaires considérèrent Internet comme un média à faible marge brute et on appelé ça du « hors-média ». Il leur suffit alors de décliner leurs campagnes pour continuer à se nourrir tranquillement des annonceurs qui ne se doutaient de rien.

Et puis l’écosystème commença à évoluer. Doucement au début : mobile, UGC, ROI… Et puis la transformation s’accéléra vidéos virales, réseaux sociaux, partage, conversation… Les petits annonceurs s’habituèrent vite à ces nouvelles conditions de vie. Ces nouveaux territoires étaient verdoyants, économiques et plein d’opportunités pour des petites marques qui voulaient se différencier des vieux monopolistes tout puissant.

Les dinosaures publicitaires n’eurent d’autre choix que de s’adapter tant bien que mal à cette nouvelle ère (la marge était bien faible). Quand à ceux qui refusèrent le changement, l’on vit bientôt leurs os blanchir sous le soleil.

De nouvelles créatures apparurent alors. Gourous, et experts digitaux, spécialistes du SMO (Spam Magnifiquement Opérationnel), des blogs ou encore du marketing viral. Ces nouvelles créatures continuèrent à vivre comme à l’époque des dinosaures. Des carnivores bouffaient allégrement des herbivores placides.

Mais parmi ces créatures, un nouvel animal apparu: le Curiouser

Comme vous le voyez, je suis très occupé en ce moment, ce qui m’oblige à fouiller dans mes archives pour trouver des billets qui pourraient intéresser mes si intelligents (et beaux) lecteurs. J’y ai trouvé cette modeste BD, illustrée un soir de janvier de l’année dernière (une envie subite de créer analogiquement sans ordinateur).

Et j’espère qu’elle vous plaira autant qu’elle a pu me défouler (cliquez dessus pour agrandir).

Author: Cyroul

Aventurier des internets depuis 1995

7 thoughts on “Quand les dinosaures publicitaires régnaient sur la com’

  1. Les pseudo gourous du SMO n’ont pas l’air mieux que les dinosaures de la pub.
    Beaucoup de concepts vides de sens et un ROi au petit bonheur la chance!

  2. J’ai toujours considéré que « les dinosaures publicitaires » avaient aussi tué dans l’oeuf la « culture web » qui caractérisait si bien les agences web de la fin des années 90.

    De fait, les concepts creux étaient de retour, forcément impossible à mesurer, avec les bonnes vieilles idées de papa, greffées sur la toile et enfoncées à coups d’enclumes dans les entreprises web étrangères à cette vision culturelle, à cette approche du passé.

    L’invasion des pubards dans le web, c’est la montée en puissance de la purée lyophilisée en guise de savoir-faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.