Les réseaux sociaux et le marketing, le grand n’importe quoi…

Et c’est reparti pour le lot de bêtises racontées par les marketeurs et les vendeurs de chimères à chaque nouvelle mode sur Internet.

On ne vous a jamais fait le coup ? Et pourtant, Buzzman cartonne avec Delarue et Choc et hop! 2 semaines après toutes les stratégies digitales sont basées sur des vidéos virales. Des exemples comme ça il y en a à la pelle depuis l’invention de la newsletter.

Mais le dernier en date, c’est l’engouement pour les réseaux sociaux et le pire c’est ce schéma (La publicité sur les réseaux sociaux) issu de eMarketer et qui a pas mal tourné sur les blogs des e-marketeurs (justement).

Publicité sur les réseaux sociaux

D’un premier abord, ce schéma a l’air inoffensif et même passionnant pour un annonceur. Il veut dire : Investissez dans les réseaux sociaux, car si vous ne le faites pas, les autres le feront pour vous.

Je déteste prendre mes clients pour des cons et je n’utiliserais jamais ce schéma. Ces statistiques ont beau être géniales pour essayer de faire comprendre aux annonceurs qu’il faut investir dans les réseaux sociaux, elles se basent sur des spéculations improbables que les 7 lignes de note en italique sous le schéma ne peuvent changer.

Ce sera quoi un réseau social en 2011 ?

Vous le savez vous ? Moi pas. Je ne sais déjà pas la forme que vont prendre mes stratégies digitales fin 2008, ce n’est pas pour spéculer sur la forme des réseaux sociaux en 2011.

Ma seule certitude : les réseaux sociaux seront partout. Ils seront intégrés à votre Net-Identité. Ils seront dans vos jeux vidéos, dans vos objets communicants, dans votre installation domotique, etc. Ce ne seront plus des réseaux sociaux, ce seront les réseaux tout court.

Alors au lieu de déterminer l’investissement publicitaire sur les réseaux sociaux en 2011, autant determiner les investissements publicitaires sur Internet à cette époque, ça au moins, ça pourrait être interessant.

Author: Cyroul

Aventurier des internets depuis 1995

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.