J’ai testé un service de faux lovers

Ma quête perpétuelle de savoir m’a conduit à tester un service web d’achat de followers. Je ne reviendrai pas sur les critiques que je peux faire à ce genre de services (cf. Grande braderie sur les fans Facebook, tout doit disparaitre !) ni à ceux qui l’utilisent (cf. F&F font du mass following de bots pour jouer les influents) Ce qui m’intéresse ici c’est le fonctionnement de ce genre d’outils et éventuellement leur efficacité (pourquoi pas, Bieber a bien vendu des disques).

J’ai donc décidé de tester un service me promettant d' »obtenir des followers de qualité rapidement » avec un de mes comptes twitter de test (je ne vais pas bousiller le mien où tous mes followers sont des gens extraordinaires et où mes following sont choisis avec soin). Je ne nommerai pas ce service car ça donnerait des idées à des agences sans CM. Ceci dit il est facile à retrouver, alors ne crânez pas si c’est le cas.

Configuration de l’outil

J’ai donc connecté ce compte de test à un service de recrutement (oui, ce service a le bon goût de ne pas parler d’argent – pour le remplacer par un système de crédits incompréhensible mais qui devrait réjouir les fans de casual games et de micropaiement). Évidement, l’inscription se fait par Twitter OAuth, et donc vous acceptez que le service twitte à votre place, en toute confiance, en toute transparence…

Dans vos rêves ! Car la première chose que le service va faire, c’est sa propre publicité (et non, vous n’étiez pas au courant). Pouf le tweet à tous vos followers :

Et puis le process de recrutement va commencer…

Du mass follow à gogo

Mon compte, bien portant (avant l’inscription à ce service) avait 1356 followers pour 10 following. C-a-d un rapport de 135 ce qui est excellent et indique à première vue un compte de qualité (mes bots sont de qualité, oui madame). Une semaine après, mon compte se retrouve avec 1674 followers pour 1916 following. Un rapport de 0.8 (moins de 1 pour 1). J’aurai donc gagné 318 followers (en draguant 1806 following). Et tout ça en suivant massivement les followers d’un autre compte twitter indiqué comme référence. Ce qu’on appelle du Mass Follow dans le métier.

Le Mass Follow comme le Follow Back sont en effet des techniques de base du Community Manager forcé de gonfler les chiffres de son compte Twitter pour satisfaire son employeur. Le principe est simple (car oui jeune CM, tu vas apprendre plein de trucs avec papy Cyroul et sans pub en plus) :

  1. Suivre massivement plein de comptes
  2. Attendre que ces comptes vous suivent également
  3. Echanger des gentillesses de CM avec des DM (« merci de me suivre », « j’adore ce que vous faites », « va voir ma page Facebook », « as-tu vu mon super blog ? » etc.)
  4. Au bout d’un moment, virer ces comptes pour garder un bon ratio

Appelé également Emmanuel Gadenne’s Move, cette pratique (pre)historique date des premiers âges de twitter (2007), où naïvement on croyait qu’il fallait avoir le plus de followers pour être le plus influent. Ah ah ah, que nous étions idiots à l’époque… (ah, on me souffle dans l’oreille que rien n’a changé depuis 5 ans, oubliez ce que je viens d’écrire).

Alors certes, vous allez pouvoir crâner avec vos nouveaux followers, mais qui sont-ils vraiment ?

De nouveaux amis pour la vie

Mon compte a reçu une foule de messages privés (DM) de mes nouveaux followers. Cela m’a permit de comprendre un peu mieux qui ils étaient. De mesurer la fameuse « qualité » de ces followers vantée par le service.

Le compte a été contacté par 3 catégories de comptes twitter :

  • 5 à 10 % dhumains qui ne connaissent pas Twitter et essaient d’engager la conversation (ou pas).
  • 35% de bots qui font du Followback avec réponse automatique en DM. La réponse commence toujours par « Bienvenue », suivi d’un « Merci de nous suivre », et par une incitation à aller cliquer sur facebook ou sur un site. Pour en savoir plus, allez lire les blogs de merde qui vous proposent « 10 façons de booster votre compte twitter » et autres articles nuls pour CM pressés d’apprendre leur job.
  • 55% de bots qui utilisent le même service d’achat de followers et qui tweetent automatiquement : « Sinon j’utilise @BIIIP pour gagner quelques followers sur Twitter, si tu veux y jeter un oeil, c’est là …« . Au moment où je pensais « quels blaireaux de se laisser avoir comme ça« , j’ai découvert que mon propre compte le faisait aussi. Ah, non, ce n’est pas marqué dans la notice du service…

Allez, encore un p’tit coup d’hypocrisie marketing pour ceux qui appellent encore ça du CM…

Conclusion après 6 jours d’utilisation de ce service (de merde)

AVANT 1356 followers 10 following Rapport : 135 !
 APRÈS 1674 followers 1916 following Rapport : 0.8

Les conclusions :

  1. Perte de crédibilité : mon compte qui avait une excellente crédibilité sur le papier avec un rapport de 135, est passé à un rapport de 0.8. Il a donc perdu toute crédibilité, et peut facilement être classé dans la catégorie des comptes « fake » ou de mauvaise qualité.
  2. Des followers inutiles : ce compte de test a récupéré 90% de followers inutiles. Dans le cas d’un compte Twitter marketing, cela ne m’aurait servi à rien, car ce ne sont en aucun cas des comptes acheteurs. Idem dans le cas d’un compte Twitter publicitaire. Ce ne sont certainement pas les CM (ou les bots) qui travaillent pour d’autres marques qui vont acheter vos produits ou véhiculer votre message (ils ne sont pas payés pour ça).
  3. Un service nul : ce service est donc de la merde. Il ne tient pas sa promesse « followers de qualité »et au contraire diminue la qualité de votre propre compte. Et en plus il spamme vos nouveaux followers avec sa propre pub.
  4. Mais tous les services de ce genre sont de la merde. Est-ce que vous achetez vos lecteurs de blog ? Non Est-ce que vous achetez les lecteurs des magazines dans laquelle se trouve votre pub ? Non. Est-ce que vous achetez votre audience TV ? N… (ah, on me souffle dans l’oreille que Mediametrie en vend depuis des années mince) Mais là je ne parle que d’audience. Car Twitter, quand on l’utilise bien, vous permet également de construire et gérer votre communauté de marque, qui est autre chose qu’un tas de comptes sans vie.

A l’instar de Cory Doctorow, je pense que la richesse d’une marque est sa réputation pas son audience (car l’audience s’achète, et pas la réputation). Or, avec ce genre d’outils vous bousillez votre réputation. Et ne croyez donc pas que vous pouvez utiliser ces services pendant un moment sans conséquences. La prochaine évolution des classements des « meilleurs comptes twitters  des marques » sera « les marques qui ont le plus triché avec Twitter » ou encore « quelles sont les marques qui mentent le plus sur les réseaux sociaux« .

Vous ne pourrez pas dire qu’on vous a pas prévenu !

Author: Cyroul

Aventurier des internets depuis 1995

18 thoughts on “J’ai testé un service de faux lovers

  1. Remettre de l’intelligence tout simplement, ce n’est qu’un outil, bien monitoré cela peut servir même si cela demandera au final un investissement humain. Pour moi le débat est autant sur ces comptes ‘crédible’ où ces marques/individus ne suivent personne, la plaie de twitter, en gros le message exprimé : je suis égocentrique, seul ce que je dit compte. Ce que toi tu exprimes je ne le vois pas et ne m’y intéresse pas, le modèle Bieber en somme.

  2. J’ai beaucoup aimé ce test au style trash qui s’imposait totalement.
    Ce qui est malheureux c’est que des types se font de l’argent avec ce type de service… et que ça marche…
    Merci encore pour ce test et au plaisir de te relire.

  3. Un test utile pour ouvrir les yeux a de nombreuses personnes qui ne jurent que par le nombre de followers. S’y intéresser pour connaître, oui, l’utiliser pour se décrédibiliser : non !

  4. Merci à toi d’avoir effectué ce test …

    Ca confirme bien ce que beaucoup de monde pensait de ce type de service (moi le premier) mais il fallait bien que quelqu’un se dévoue pour confirmer tout ça !

  5. Je suis totalement d’accord avec l’article à l’exception de ceci : « Perte de crédibilité : mon compte qui avait une excellente crédibilité sur le papier avec un rapport de 135, est passé à un rapport de 0.8. Il a donc perdu toute crédibilité, et peut facilement être classé dans la catégorie des comptes “fake” ou de mauvaise qualité. »

    Et sinon il y a des gens (comme moi) qui utilisent twitter pour faire de la veille donc « évidemment » je suis beaucoup de personnes (396 following, 252 followers).

    Pour moi cette histoire de ratio, c’est un peu du bullshit, dans la pratique je suis d’accord qu’il y a des poêlées entières de connards qui passent leur temps à follow/unfollow et ça je le vois au quotidien, d’autant que c’est tout aussi bête de juger un compte à son ratio. (ce qui reviendrait à dire que les groupes indépendant font de la musique de merde et que Justin Bieber est un dieu vivant… ^^’)

  6. Forcément Publigeekaire a trouvé.
    Tt Guillaume je vais censurer le nom de la marque (je ne suis pas un magazine publicitaire, je ne fais pas de pub sur ce blog ;)

  7. Héhé, article intéressant et qui nous montre concrètement la merde qu’ils vendent.

    Sinon, j’utilise @—— (censuré par Cyroul) pour gagner quelques followers sur Twitter, si tu veux y jeter un oeil, c’est là : bit.ly/—–

    ;-)

  8. Merci pour ce test, ça fait un moment que ça me démangeait de tester pour voir, mais j’ai eu la flemme de créer un compte martyre… En tout cas, le résultat est édifiant et même si on pouvait s’en douter, c’est bien de le prouver (communiquer par la preuve comme dirait l’autre).
    Bon, c’est TweetAdder ou pas ? ;-)

Répondre à www.journal-annoncelegale.fr Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.