Curiouser, vous avez dit curiouser ?

Voilà des considérations très personnelles sur le nom de ma société et mes déboires avec un avocat zélé. A ne lire que si vous me connaissez personnellement, car ça ne parle ni d’usages web, ni de stratégies digitales. Et je m’en voudrais de vous faire lire des choses inintéressantes, chers lecteurs. Vous voilà prévenus.

Au commencement était l’idée

Comme certains le savent peut-être déjà, cela fait quelques mois que j’ai décidé, avec quelques associés, de créer une société (on va plutôt parler de garage ou d’atelier) dont l’activité est basée sur l’exploration et la compréhension du territoire digital à destination d’annonceurs ou de publicitaires souhaitant investir stratégiquement ce territoire (c’est à dire, sans faire forcément du display publicitaire).

Notre volonté est d’avoir une approche décalée du métier de stratège digital. Une approche basée sur l’analyse la plus fine possible des cibles et de ses usages, mais aussi sur la formation du client sur les campagnes et usages digitaux (technologies, tarifs, meilleures pratiques, les échecs).

Nous avons en effet prévu de former le plus possible nos clients pour améliorer la qualité de leurs stratégies de présence sur le web, partant de notre certitude qu’un client qui en sait plus, est un client avec qui vous pouvez aller plus loin. Ce qui est, vous en conviendrez, le contraire des usages publicitaires classiques (ou le copier-coller de propales commerciales est roi et la marge brute, reine), où l’on va vous mettre sous le nez un commercial habitué à faire des claquettes face à des chefs de produits déresponsabilisés (« Internet on y comprend rien alors c’est pas notre problème« ).

Deviant Marketing s’imposa avant de disparaître

deviant-marketingSoulignant cette volonté de faire les choses différemment, nous avons choisi Deviant Marketing, pour affirmer notre posture de formateur-vulgarisateur-stratège (pas chers ;). Deviant Marketing fut choisi à l’unanimité. C’était nous. Le nom fut déposé à l’INPI, et nous avons commencé à parler de notre atelier autour de nous. Un logo parfait (simple, identifiant et signifiant) fut même aimablement dessiné par un talentueux designer que je ne citerai pas. Et quelques clients arrivèrent. Ca y est, l’aventure commençait.

Et puis nous reçûmes une lettre de Maitre Richard Gilbey (représentant la société Deviant Art Inc.) nous ordonnant de ne « jamais déposer, enregistrer ou utiliser à quelque titre que ce soit, …, tout signe contenant la dénomination DEVIANT » (sic) sous peine de tas de trucs désagréables. Ce qui était assez ironique, car les statuts de la société n’étaient pas encore déposés ! Et l’on nous promettait moults dommages et intérêts pour avoir osé prendre le mot deviant à DeviantArt (qui si je ne m’abuse, n’a pas encore attaqué le marché Français).

Mais notre source de profit principale n’étant définitivement pas le règlement de litige par les tribunaux, nous avons alors décidé de changer le nom de la société pour éviter un litige d’où nous ne sortirons pas gagnants, même si, de façon tout à fait rationnelle nous avions une inscription à l’INPI en règle et nous n’avions absolument pas la même activité que DeviantArt (société de contenus créatifs). Seulement devant le zèle de cet avocat, nous avons préféré fuir plutôt que de passer 6 mois en procès divers (c’est l’usage).

Changement de nom pour deviant

Il nous a fallu 2 mois pour trouver ce nouveau nom. 2 mois de sueur, de trouvailles géniales abandonnées, de brainstorming sauvages (merci aux participants d’ailleurs), de tests infructueux. Et puis, et puis, 2 noms restaient en lice (on a déposé les 2 à l’INPI, et cette fois on a aucune concurrence, cherchez pas ;). L’un était trop complexe et amenait la stupéfaction (il partait du côté de la Renaissance, période similaire selon moi à ce que l’on vit aujourd’hui avec les bouleversements du digital), l’autre, plus facilement mémorisable suscitait un franc intérêt.

Nous avons choisi le deuxième et nous avons décidé de baptiser notre société…

CURIOUSER

alice04aAh, ah, Curiouser, mais qu’est-ce donc ? Vous demandez-vous émerveillés par ce nom.

Curiouser est issu d’une citation d’Alice in Wonderland de Lewis Caroll.

“Curiouser and curiouser!” Cried Alice (she was so much surprised, that for the moment she quite forgot how to speak good English).

Curiouser évoque la bizarrerie apparente derrière une logique cachée (on se rappelle l’immense partie d’échecs dissimulée dans Through the looking-glass and what Alice pound there), mais aussi l’inextinguible curiosité d’Alice l’exploratrice multiforme.

Car les territoires digitaux sont le Wonderland, une version transformée de la réalité où les règles et les certitudes habituelles ne fonctionnent plus (le marketing et la la communication en savent quelque chose), un lieu à la géographie constamment mouvante et aux populations aux usages étranges.

Et Curiouser est une version plus scientifique d’Alice. Nous explorons le territoire digital, nous étudions sa faune et sa flore, ses habitants étranges, et nous le cartographions. Forcément, cela nous oblige à nous transformer, à devenir immenses ou minuscules, à tester toutes les nouvelles applications et tendances du digital. Mais, comme Alice, nous sommes de terribles curieux et notre soif d’exploration est inextinguible.

La fin du début

Voilà pour l’explication. Curiouser est en cours de création (je vais enfin pouvoir envoyer mes factures à mes clients heureux). Aux dernière nouvelles, l’avocat vengeur fait son possible pour obtenir de l’INPI la révocation de l’inscription de Deviant Mktg. Grand bien lui fasse. Adieu Deviant et bonjour Curiouser.

Et au fait, ça vous plaît Curiouser ?

sa compréhension

Author: Cyroul

Aventurier des internets depuis 1995

18 thoughts on “Curiouser, vous avez dit curiouser ?

  1. Bonjour, je suis l’avocat de Curiouser Inc, un courtier en patates douces au Chili, je vous demande de changer de nom. Merci.

    Bon, ok, j’ai oublié mes lunettes aujourd’hui du coup je n’ai pas toute ma tête. Bien joué pour ce nom parfaitement adéquate et bonne continuation.

  2. bha moi je trouve le nom original et l’avantage de ces noms inventés, créés c’est d’être uniques.
    En tant que DA, j’ai hâte de voir comment graphique ça va se traduire ;)

  3. Pour ma part j’aime également beaucoup Curiouser qui permet comme le souligne @Enikao, d’inventer votre propre histoire. En ayant opté pour un néologisme vous avez la possibilité de lui faire dire ce que vous vous voulez et surtout ce qui vous ressemble. De plus un néologisme permet d’être immédiatement « brandé », Curiouser c’est vous et DEJA personne d’autre. Un bon choix donc, certes moins clair que Deviant mais à mon sens beaucoup plus riche. Longues vie à CURIOUSER !

  4. @Enikao En fait, je vais pas faire mon prof, mais effectivement curiouser est déjà utilisé dans le sens curieux par Alice.
    Mais Alice fait une énooOOOooorme faute d’anglais (on dit « more curious » mais pas curiouser qui n’est pas anglais).
    Donc nous sommes (plus) curieux & (plus) deviant.

    J’aime de plus en plus ce nom…

  5. Pour la plaquette « corporate » de Curiouser, ça fait déjà un bel édito ! Ou comment ‘storyteller’ sa propre histoire ;-)

    La référence à Alice est belle (pas de soucis avec la grande blonde wouhou, rachetée par Neuf), mais si je peux me permettre une suggestion, quelque chose peut encore être mis en avant. Il s’agit du comparatif de supériorité.

    On peut être curieux (curious), voire encore plus curieux (curiouser) ;-)

    PS : j’envoie la facture de 0 € à qui, pour ce brave conseil ?

  6. @Marj Bien vu ! Curiouser travaille tout à fait dans une démarche d’équilibre entre l’hémisphère gauche et droit, ou plutôt (comme on aime le souligner) à la confluence entre la stratégie (de marque), la technologie, la créativité et l’interactivité.
    Ainsi, tout le cerveau participe ;)

  7. C’est bien dommage pour Deviant, c’était parfait!
    CurioUser, ça me plait! On le voit orthographier de différentes façon dans les comments, mais en tenant compte de ce mécanisme linguistique, on peut se dire qu’un effort de mémorisation va en jaillir. Je ne sais pas. J’aime beaucoup le concept : la remise en cause d’un scientisme périmé avec une démarche scientifique, mais pas seulement puisque vous travailler aussi sur le comportemental. Ça me fait penser à l’hypothèse actuelle en neuro-sciences de la prépondérance de l’hémisphère gauche du cerveau dansnotre société. Il me semble que Ex Deviant et Curiouser c’est la démarche de l’équilibre entre l’hémisphère droit et gauche dans votre approche des stratégies digitales. Mais je me trompe peut être ou je n’ai pas compris votre activité.
    Vive CurioUser!!!

  8. « Curioser » ?

    « Well, I never heard it before, but it sounds uncommon nonsense. » (The Mock Turtle)

    If Deviant is dead, long life to Curioser. ;-)

  9. @Bé Curiouser se prononce à l’anglaise « curioser« . Mais j’ai déjà pu constater qu’en France effectivement, il fallait faire un effort pour l’écrire correctement.
    Tant pis (ou tant mieux, comme tu le dis ;).

  10. Tu le prononces comment dans les limites hexagonales imperméables à l’angliche accent ?
    J’aime beaucoup l’origine et l’extrapolation tout à fait juste entre le web et Wonderland. Mais l’allure phonétique du barbarisme qu’il paraît en Français sera une cause d’incompréhension, donc on passe son chemin en faisant la grimace, pour pas mal de potentiels clients français (auraient-ils été tes clients rêvés anyway, j’en doute).
    Bref, en tout cas, par rapport à Deviant, qui était plus direct, plus simple aussi (plus corruptible j’aurais dit…), Curiouser emmène avec lui ce qu’il faut de difficulté, ce n’est pas un mur lisse et confortable que vous abordez avec vos clients, et au moins vous attirerez donc des gens qui ont envie de bosser en se posant des questions. La base… majoritairement laissée de côté de nos jours.

    Bérangère

Répondre à olivier Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.