Mailorama : un grand exemple d’hypocrisie publicitaire et médiatique

scandale_la_uneUn bad buzz chasse l’autre. Depuis 3 jours c’est la main de Thierry Henry qui occupe l’intégralité de l’actualité médiatique française (ne cherchez plus, on a trouvé l’identité nationale: la passion débilitante pour le foot).  Mais avant que les journalistes trouvent enfin quelque chose d’original et constructif à dire (oui je médis, mais des fois j’aime ça), l’opprobre journalistique s’était déchainée sur l’opération de communication de Mailorama, l’opération de buzz marketing qui a dérapé, transformant un beau buzz en pitoyable bouse.

Mais le pire n’est certainement pas l’opération en elle-même, plutôt l’attitude des médias et des journalistes sur cette opération. Certes aujourd’hui tout le monde s’accorde pour s’indigner et critiquer cette opération « scandaleuse », « inique », « dégradante », etc. Mais il y a 1 semaine, il y en avait peu pour oser contredire franchement cette opération.

Voilà donc un long coup de gueule contre les opportunistes publicitaires et médias qui attendent de savoir dans quel sens le vent tourne avant d’oser l’ouvrir. Ne lisez pas cet article si vous êtes de l’AACC, de l’Express ou d’un autre canard indigné, si vous avez des actions chez Rentabiliweb, ou tout simplement si vous êtes pressé (c’est long).

Tout commence par un teasing parfait…

Il y a exactement 9 jours, vous trouviez 4 types de réactions médiatiques sur la toile  :

  1. Les billets de blogs « où est mon pognon? » relaient l’opération. Un exemple ici, un autre exemple , et un dernier ici. Des billets sponsorisés pour la plupart (ou simplement copiés par des adeptes du duplicate content) qui ne sont là que pour améliorer leur SEO et rapporter du cash (via des adwords ou des popups) aux proprios de ces panneaux publicitaires qui ressemblent à des blogs mais n’en sont certainement pas.
  2. Les articles de blogueurs ou journalistes parlent du sujet de façon factuelle en évitant de prendre position et en attendant le résultat. Ainsi Vincent Morin trouve l’opération originale mais risquée. Lepost.fr (cherchons des journalistes d’investigation là où il y en a) suit l’affaire (ils ont même contacté le Secours populaire), mais laisse ses lecteurs donner leur avis. Le Parisien relaie également l’opé avec le traditionnel « Choquant? » qui permet de ne pas avoir d’avis.
  3. Les articles des « journalistes » de la profession sont, eux, souvent conciliant. Le JDN relaie l’info et s’en amuse, la CBnewsletter du 30/10 nous parle « d’une initiative inédite« , Stratégies nous fait 3 beaux articles « Mailorama organisera une distribution d’argent très attendue », « Mailorama fait aussi le buzz sur Twitter » et « Mailorama fera son bon samaritain », Pointcom (NRJ) a le plaisir de recevoir Stéphane Boukris (qui aujourd’hui sent le gaz), « Médias le magazine » (oui vous savez, les remplaçants vendus d’Arrêt sur Images sur France 5) retrace les opérations similaires de distribution d’argent mais sans la critiquer.
  4. Quand aux politiques, ils s’insurgent, débattent, passent à la TV et ne font strictement rien d’autre (il faut les comprendre, ils manquent de moyens, ils ont le droit d’interdire Internet, mais pas une manif dangereuse à Paris).

singes-de-la-sagesse journalistesEn conclusion, articles conciliants de tous les journalistes et médias ! Et aucun qui n’ose condamner ou prendre position! On ne sait jamais l’opération pourrait être un succès (et dans ce cas, on pourrait perdre sa crédibilité). Le mot d’ordre est donc « on relaie, on se tait, on attends, et on applaudira ou critiquera après… « .

Cela a t-il un rapport avec les actionnaires de Mailorama du groupe Rentabiliweb ? Des gens comme Bernard Arnault (le PDG de LVMH), Stéphane Courbit (ex-Endemol France), Jean-Marie Messier, (ex-Vivendi Universal) et même Alain Madelin (ex-ministre) (lire Qui se cache derrière mailorama.fr et Rentabiliweb ?). Non, je n’oserais aller jusqu’à dire que des journalistes ont peur de leurs annonceurs (vous me connaissez), mais aucun n’a risqué de se mettre à dos toutes ces belles pointures (médias et politique) juste parce que l’opération avait un sale gout.

Une opération au goût de vomi…

Car cette opération était vraiment sale. Dans le même genre que celle de planete-reductions (du même groupe Rentabiliweb) qui nous avait proposé cette vidéo de « manche inversée », une vidéo qui a du faire vomir les parisiens sensibles confrontés tous les matins à la misère humaine dans le métro.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x8tcbl_distribution-de-billets-dans-la-rue_fun[/dailymotion]

Le concept légèrement similaire était : un bus, des hôtesses et 40Keuros dans des enveloppes et c’est la gloire. A priori, le tout était « assaini » par un don au Secours Populaire (LePost qui les a contacté, a appris qu’ils n’étaient même pas au courant).

Et puis le buzz se bousifie…

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xb5cno_la-distribution-dargent-tourne-mal_news[/dailymotion]

Sans commentaires… A part peut-être : regardez moi ce spectacle de veaux, de décérébrés abêtis par la publicité et une trop grosse consommation de starAc (et aussi hélas, de quelques vieux qui ne comprennent pas que les valeurs du monde où ils ont vécu, ont vécues).

« “Malfaisant, pipeur, buveur”, Panurge sait et entend tout faire, notamment des farces ; par exemple il fait plonger les moutons de Dindenault dans la mer en y jetant le premier, que les autres suivent bêtement ».

Extrait du Quart Livre (1552), chapitre VIII.

3823240086_37acb96557_oNon, ne comptez pas sur moi pour plaindre ou excuser ces moutons. Ni même pour tout mettre sur le dos de Stéphane Boukris, qui n’est qu’un Panurge dans un monde de Dindenault. Ces gens sont responsables ! Si ils croient qu’on va leur donner de l’argent gratuitement comme à la télé, c’est qu’ils ont le cerveau cuit. Excuser leurs actes ou les plaindre serait leur dénier la qualité d’être humain. Et des cerveaux cuits non humains s’appellent des robots. Je ne suis donc pas encore assez cynique pour prendre les gens pour des robots (d’autres non, voyez plus bas).

Tous les gens présents ce jour là viennent d’apprendre une belle leçon : comprendre qu’il ne fallait jamais croire ce qu’on voyait à la télé ou ce qu’on lisait sur Internet. Mailorama remboursé par l’éducation nationale ?

Alors les journalistes vont faire ce qu’ils font le mieux: achever l’agonisant…

L’indignation populiste de Christophe Barbier (habituellement plutôt fin pourtant) donne le ton des tous les éditos, articles et autres émissions qu’on a pu voir sur le sujet depuis samedi : « NON ! On n’a pas le droit d’abuser des gens, de se faire du pognon sur leur dos, de les prendre pour des cons. Non ! C’est un scandale !« . Un refrain repris en coeur par l’intégralité des médias et des journalistes.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xb62pp_la-pantalonnade-du-champdemars_news[/dailymotion]

Non ! Il ne faut pas troubler la quiétude somnolente des pauvres gens !

dep_tv_cerveauCes pauvres gens, qui habitent loin dans des banlieues ou des provinces où l’eau chaude est un luxe, où il faut marcher pour prendre le car qui vous emmènera à la gare RER la plus proche… Ces pauvres gens qui ont été dérangés alors qu’ils auraient pu continuer à regarder la télé tranquillement chez eux. Ces pauvres gens qui viennent d’un coup de découvrir que la pub c’est du mensonge. Ces pauvres gens qui risquent maintenant de ne plus croire ce qu’il y a sur les boites de lessive, sur les flyers dans leur boite aux lettre, ou même au journal de 20h. L’économie risque de s’écrouler d’un seul coup !

Les journalistes ont raison : un peu de décence, que diable ! Que les agences de pub continuent à faire leur lavage de cerveau mais sans faire d’émeutes. Ne donnons pas aux cons l’occasion de réfléchir à la véritable valeur de l’argent, de la dignité, de l’absence de responsabilité publicitaire ou même de réfléchir tout court.

… et les publicitaires, dénoncer l’ignominie !

Communiqué de presse de l’AACC (vu ici):

jpg_MoraleBerg-2« Samedi dernier, Mailorama a organisé une opération de distribution de cash … blabla bla… a été finalement annulé … L’opération a dégénéré et a été jugée d’ « opération publicitaire » par la presse (Ben quoi ? C’était pas de la pub ?)L’AACC condamne l’opération de distribution gratuite de billets de banques lancée ce week-end à l’initiative de Mailorama. Cette action, difficilement définissable dans sa nature, n’a fait que décrédibiliser ses initiateurs. Elle apparaît en totale opposition avec les règles professionnelles que les agences membres de l’AACC se sont imposées (les publicitaires de l’AACC ont des principes ?) et s’emploient à appliquer vis-à-vis de leurs clients-annonceurs (ah oui, des principes), dans le respect du public (ils respectent leurs moutons), en veillant à ce que les messages soient clairs et définissent le produit dans des conditions telles qu’il soit informé le plus exactement possible et puisse exercer son libre choix (le mouton a le droit de choisir le produit qu’on lui vend). En temps de difficultés économiques tout particulièrement, chercher la notoriété à travers ce type d’opération est non seulement irresponsable (la pub est responsable, c’est bien connu) mais également pervers (Pervers ? Là, je ne comprends plus ?). » Benoît Héry, Président du Comité Image

art_jean-claude_forest_hypocriteBref, un beau discours politico-marketing censé expliquer aux annonceurs et aux cons(somateurs) que les publicitaires sont propres et n’auraient jamais fait une campagne comme ça, non jamais.

Les autres journalistes et médias de la profession vont aussi se lâcher : Geneviève Petit est nauséeuse sur la CBwebletter du 16/11 (c’est marrant la CBNewsletter était plutôt conciliante 2 semaines avant), Stratégies nous fait un édito assassin (à priori ils ont juste consacrés 3 articles à l’opé sans s’indigner une seule fois).

Bref, consternation sur toutes les chaines de la pub officielle. On s’indigne, on crie que ce n’est pas de la publicité. Non Monsieur, c’est noble la publicité, ça ne distribue pas d’argent aux masses, Monsieur.

Un très bel exemple d’hypocrisie journalistique et publicitaire

pete meat puppetCette opération aurait fonctionné, tous les publicitaires auraient applaudis des deux mains. Je n’ai pas le souvenir que l’AACC ait trouvé indécent la distribution de billet dans les rues de New York (par Bill le renfloueur), ni le clip porno de Diesel, ni leur autre campagne avec Pete the meat puppet, la poupée à tête de steak haché (et pourtant celle-là, même moi je la trouvais insupportable), ni même la campagne de Burger King (qui faisait bouffer des burgers à des habitants de pays pauvres).

« Pervers » dit l’AACC en parlant de l’opération de Mailorama. Quand toute la profession applaudit l’immorale campagne pour 13eme rue « Je tue un ami » pour son originalité, sa brillante exécution créative et son succès (soit-disant 7 millions de visites – sans jamais voir le budget d’achat média), alors qu’il s’agit d’une campagne qui s’amuse avec l’assassinat (amusons-nous à tuer nos amis), comment peut-on qualifier celle de Mailorama d’irresponsable et de pervers ? Que dire alors des produits qui font maigrir, des lessives qui lavent plus blancs, ou encore des voitures qui sauvent l’environnement ? C’est pas pervers ça ?

Certes ces campagnes n’ont pas provoqués d’émeutes. Mais alors faut-il attendre qu’il y ait des dégradations publiques, que les fameux « pauvres gens » se fâchent, que la publicité devienne officiellement mensongère pour ne plus rentrer dans les critères acceptables de l’AACC et de la profession ? Qu’importe le contenu pourvu qu’il y ait les résultats ? Mais soudain, une question vient me transpercer l’occiput : ce monde publicitaire et médiatique serait-il un monde de faux-culs ?

Je vous laisse répondre dans les commentaires ci-dessous avec un refrain bien connu…

« Je n’ai pas peur des profiteurs
Ni même des agitateurs
Je fais confiance aux électeurs
Et j’en profite pour faire mon beurre

Il y en a qui conteste
Qui revendique et qui proteste
Moi je ne fais qu’un seul geste
Je retourne ma veste, je retourne ma veste
Toujours du bon côté »

Jacques Dutronc, « L’Opportuniste »

http://www.gaduman.com/2008/12/09/le-whopper-est-alle-trop-loin/

Author: Cyroul

Aventurier des internets depuis 1995

21 thoughts on “Mailorama : un grand exemple d’hypocrisie publicitaire et médiatique

  1. @JB Attendons que l’AACC fasse un communiqué de presse ;) Hélas, elle n’en fera pas, l’opération n’a pas dérapée. Ce n’est donc pas pervers…

  2. Chanceroom.com fait dans la surenchère ! Ils ont carrément envoyé des SDF autour du stade de france pour demander de l’argent aux gens pour parier sur leur site … c’est scandaleux ! Quand la pub se sert de la misère comme gagne pain .

  3. Ben bravo cet article résume bien la chose…Ce qui m’a bien saoulé c’est à la fois l’hypocrisie et les « révélations » sur qui se cache derrière Rentabiliweb (on le sait depuis tjrs). D’un autre côt je trouve cette opération totalement symptomatique du milieu dans lequel nous évoluons qui veut du buzz à tout prix, et surtout à n’importe quel prix, mais surtout pas au prix de se faire des ennemis. Enfin rappellons que les grands manitouts su web 2.0 ont eu et ont encore pour beaucoup des activités ou des investissement dans des activités secrètes non moins reluisantes que celle de JB Decroix Vernier (PDG à Dreadlocks de Renatbiliweb) et qu’ils ont pris bien avant lui le minitel pour le far ouest…mais personne ne s’en souvient peut être

  4. bravo pour l’article
    juste trois points :
    -mailorama a continué à jouer sa com en annonçant verser les 100000 euros à une oeuvre caritative alors que cette somme serait (par hasard, selon hortefeux) la somme dépensée par l’Etat pour la mobilisation policière
    -mailorama a ensuite critiqué les politiques pour ne pas avoir annulé une manifestation alors qu’eux-mêmes en sont les instigateurs. on croit rêver. je n’ose imaginer les cris d’orfraie si la manif avait été interdite avant (quelle honte ! atteinte à la liberté de manifester, …)
    comment en plus interdire un événement pour une raison (interdiction de distribuer de l’argent gratis) qui n’était pas encore valable ? ok, on pouvait aussi la justifier par le sacrosaint principe de précaution
    -malgré tout le mal que je pense de ces pubeux irresponsables de mailorama, au contraire des politiques, je ne pense pas que l’annulation soit la cause du bordel qui a suivi. la racaille venait pour foutre le bordel de toute manière. mailorama est responsable mais pas coupable, comme dirait Fabius.

  5. Bonjour,
    Pour information je vais distribuer entre 0,10 et 10 euros ici-même. Je ne sais pas encore quand, ni comment mais je vais foutre un sacré bordel et ça va casser ton blog.

    (Bien joli cette nouvelle couleur rouge…)

  6. @Cyroul : Ton article pique bien comme il faut, mais je suis d’accord avec JPP concernant les journalistes.

    Personnellement je critique l’opé plus pour l’annonceur malsain que pour l’intention, car comme tu le dis on a pas trouvé ça choquant quand ça s’est passé aux US…

    Quoi qu’il arrive, Mailorama s’offre là une visibilité à son image, ce qui ne doit pas trop leur déplaire à mon avis.

  7. Voilà un post responsable ! Je me doutais que tu sortirai quelques chose là dessus… Cette affaire me fait mourir de rire.

  8. @JPP jolie contre-argumentation.
    Tout d’abord, il ne s’agit pas d’un procès des journalistes « hors internet », je n’ai pas eu le temps ni les moyens de regarder l’exhaustivité de ce qui a été dit avant le 14/11. Je sais que plusieurs journalistes (dont celui qui m’a interviewé vendredi 13) ont publié des reportages sur le sujet relayant des partis pris anti-opération. Donc oui, je le crie bien fort, certains journalistes ne sont pas des glandeurs et continuent à écrire des papiers valables.
    Seulement pour un journaliste du Canard Enchainé qui fait son job, combien y’a t’il de petits opportunistes qui ne sont là que pour passer à la télé ?

    Par contre la phrase « Un journaliste est un observateur, pas un dénonciateur. » est une grosse connerie qui ne peut abuser que le grand public. Seuls les pigistes de Metro ou de 20 minutes qui copient/collent des dépêches de l’AFP sans les lire sont de véritables journalistes dans ce cas. Les journalistes ont toujours apporté un point de vue personnel à leur sujet. Point de vue qui peut évoluer par l’enquête qui est réalisée. Mais en aucun cas un journaliste ne peut prétendre à l’objectivité totale.

    Et même, ce serait le cas, pourquoi ces mêmes journalistes (qui se planquent derrière les arguments de déontologie journalistique quand ça les arrange) s’autorisent à se lâcher quand l’opération se révèle être un fiasco ?

    Les journalistes, coincés entre des impératifs économiques et sociaux, ont vraiment besoin de se remettre en question. La solution viendra peut-être du web où émerge un nouveau type d’enquêteur moins sensible à la pression des annonceurs.
    Pourvu que ça dure…

  9. « Et aucun qui n’ose condamner ou prendre position! »

    Parce que ce n’est pas le rôle d’un journaliste que de dire ce qui est bien ou mal ! Les politiques sont la pour ça, non ?

    Les blogueurs qui défendent sans cesse leur liberté d’expression et se présentent comme des « contre pouvoirs » ont-ils fait leur travail ? réponse : NON !

    Et si l’on se souvenait de la charte des journalistes?

    http://www.snj.fr/article.php3?id_article=65

    Extraits :
    – tient la calomnie, les accusations sans preuves, l’altération des documents, la déformation des faits, le mensonge pour les plus graves fautes professionnelles ;
    – revendique la liberté de publier honnêtement ses informations

    Et le point le plus important :
    – ne confond pas son rôle avec celui du policier.

    Un journaliste est un observateur, pas un dénonciateur.

    La position de Barbier est juste. Qui aurait pu prétendre que l’évènement de Mailorama allait attirer toute la misère du monde ? « ça marche ailleurs » nous dit-on.

    Logiquement, « pourquoi ça ne pourrait pas marcher à Paris? ». Hélas, nous en avons eu la réponse en image.

    D’autres question se posent: faire cela à Dijon, Bourges, Brest, Nantes… donc des villes plus petites, est ce que cela aurait aussi été ingérable ? ou est ce que cela aurait été « bon enfant » comme on n’a eu de cesse de le répéter ?

    Les journalistes, on les condamne un peu trop facilement.

    Avez-vous lu l’article du Canard Enchainé sur Rentabiliweb, la boite éditrice de Mailorama ?

    Dans cette histoire, la boite est la seule en cause.

    Avant l’évènement : Les journalistes ont observé, douté, relaté, analysé.

    Pendant l’évènement : Ils étaient présents sur place pour certains, ils ont vu la population (les « CSP » présentes également) et ils ont rendu compte des émeutes.

    Après l’évènement : ils ont analysé l’échec, ils ont rendu compte de cet échec, ils ont créé et animé le débat qui s’en est suivi et ils ont fait la lumière sur la boite qui a organisé ce fiasco.

    Dans cette histoire, une grande partie des journalistes sont donc irréprochables.

    Ceux qui méritent la critique sont ceux qui vont rentrer dans le jeu des agences en charge de rétablir l’image de la boite et laissé dire des conneries.

    C’est la que les « bons » journalistes et les blogueurs doivent savoir jouer une carte…

  10. Pourquoi ne pas aborder la question de ces boites nébuleuses qui prennent le web pour un far west et le rentabilisent à coup de micro paiements limites, SEO mal fagoté et vente de fichiers clients…
    Ex lié à ton article : « Golden Glaouis » (investisseurs : J6M, Madelin et Jean Passe…) cf http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2500
    Les journalistes ne doivent pas être les seuls garde-fous – et c’est pour ça que l’internet, saibien.

  11. excellent billet. J’avais trouvé peu de monde pour condamner la manche inversée, véritable cynisme vis à vis de la miséré humaine à une époque où nombreux sont ceux qui ont faim.

  12. Oui, certes, m’enfin…l’opération était simplement une grosse merde et faut pas oublier une chose, faut pas prendre les gens pour des cons mais faut pas oublier qu’ils le sont.

  13. En fait, cet article a été écrit par morceaux depuis 2 semaines. Le plus dur a été de réunir les morceaux sans que ça ne se voit trop (pas tout à fait réussi d’ailleurs).

    Mais ça fait plaisir d’avoir des réactions enthousiastes. Thx !

  14. « ce monde publicitaire et médiatique serait-il un monde de faux-culs ? »

    Ben euh la réponse est assez simple non??? ^^

    Superbe article sinon. Franchement chapeau tu as dû te donner du mal pour rassembler toutes les pièces du puzzle. Merci Cyroul d’avoir ce ton si particulier qui respire la sincérité ;)

    Un mois que je lis ton blog assidument… Je ne m’en lasse pas!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.