Chez Celio, le consommateur c’est en 2 mots.

Tout commence avec la diffusion de cette vidéo promotionnelle pour la marque Celio.

Le but de l’opération : créer du trafic vers la page Facebook de la marque en agitant la récompense de cadeaux Star Wars !

La vidéo représente un vaisseaux spatial en 3D modélisé rapidement (on sent le très petit budget).  Seulement, le vaisseau spatial n’est pas un quelconque X-Wing de Star Wars, mais un Viper Mark II de la série Battlestar Galactica.

Une erreur gigantesque pour les fans qui ne passera pas inaperçue et qui va se propager peu à peu sur les réseaux sociaux. Allez, presque en direct, le résumé de ce qui s’est passé ce matin.

10h20 Premier tweet

Attention j’ai regardé rapidement, ce n’est peut-être pas le premier.

10h40 Accélération de l’information

Forcément le tweet est repris, transformé par l’action accélératrice des amateurs de SF sur Twitter (bande de nolife va) :

11h15 Facebook commence à prendre

Et même sur le wall Facebook de la marque, accessible uniquement aux fans de la marque, les commentaires recommencent à fuser.

11h40.Parodie time

Et finalement les parodies arrivent. Pour notre plus grand plaisir.

En conclusion : 1h30 pour casser une marque

Ce n’est pas tout à fait exact. Les premiers commentaires autour de l’erreur de la vidéo datent de lundi sur le wall Facebook.Mais il faut croire que personne ne les lit, ou alors ce que disent les consommateurs importe peu à la marque.

Une image pas très sympa qui nous renvoie à la préhistoire de la vente : consommateurs = dindons.

Pas de notion de respect (vérification de ce qu’on vend à grands renforts de publicité), pas de notion d’écoute (les commentaires Facebook en font foi), pas de réponse.

Du marketing préhistorique. Pour une marque préhistorique ? La prochaine fois, visez les t-shirts Jurassic Park les gars.

11h52 : la vidéo a été supprimée

Réponse idiote (il y avait tellement d’autres stratégies de gestion de crise à utiliser), mais trop tard, le mal est fait.

Author: Cyroul

Aventurier des internets depuis 1995

19 thoughts on “Chez Celio, le consommateur c’est en 2 mots.

  1. Et chez Cyroul, on prend les commentateurs pour quoi ? Hier j’ai vu passer un commentaire qui ‘soutenait’ Celio et qui a disparu… alors soit j’ai rêvé soir il y a eu suppression, c’est un peu dommage… 
    On a le droit de ne pas être d’accord avec ton analyse, et je trouve d’ailleurs qu’ils ont plutôt bien régit suite à ce bad buzz sur leur page Facebook. Bref, ça me déçoit beaucoup de la part de qqn qui est pour moi une « référence » en matière de comm digitale de voir que tu peux être aussi buté sur un sujet qui te tient à coeur (car oui je crois que le fond du problème pour tous les fans c’est bien d’avoir ‘touché’ à Star Wars ! :)). Enfin j’espère que mon commentaire ne sera pas mal interprété !
    Bonne fin de journée

    1. Salut Lane,
      Je pense que tu as effectivement rêvé. Je n’enlève jamais les commentaires sur mon blog (à part ceux qui tâchent ou trollent l’article sur erdf).
      Ceci dit, le service Disqus affiche les commentaires soit par date, soit par popularité ou recommandation. Si ça se trouve le commentaire se balade ci-dessous mais a changé de place. Vérifie tes réglages.

      Comme tu le dis si bien, on a tout à fait le droit de ne pas être d’accord, et je pense qu’on me lirait moins si je jouais au jeu du « je ne laisse commenter que ceux qui disent du bien ».
      Mes autres nombreux articles pourront le prouver: j’aime qu’on ne soit pas d’accord.

      N’hésites pas à réparer cette injustice.
      A bientôt
      C.

  2. En deux mots : Celio n’a pas dû avoir les droits d’utiliser les visuels / vaisseaux Star Wars. Du coup le mec que Celio a chargé de faire une vidéo a eu comme brief : « Fais une video de vaisseau, mais sans Star Wars ». Bon. Le type a cherché « vaisseau spatial » dans Google Images, est tombé sur celui de BSG en se disant « ok, ça c’est pas SW » et boom.

    Conclusion : le type connait très bien SW mais pas BSG. Et les andouilles dans l’histoire c’est Celio qui fait un brief tordu.

    1. Encore plus bête que ca je pense : un viper MKII de Battlestar Galactica à l’échelle 1 est à la cité des sciences de la villette jusqu’au 3 juillet. Parfait pour tourner la pub avec un petit budget…

  3. @Sophie @Clément @ff61b8dba844b60690e3e370e5691f53:disqus @cac370e9e6c169e78a751b602fc4a4e8:disqus 
    Ce n’est pas grave ? Peut-être pour vous. Mais certainement pas pour les intéressés.

    Confondre Franquin et Hergé n’est pas grave pour ceux qui n’aiment pas la BD.
    Confondre BETCEuroRSCG et CLMBBDO ce n’est pas grave pour ceux qui ne bossent pas dans la pub. 
    Confondre Calvin Klein et Dior, ce n’est pas grave pour ceux qui ne bossent pas dans le luxe.
    Confondre Patrick Sabatier et Cauet, ce n’est pas grave pour ceux qui ne regardent pas les bêtises à la TV.
    Alors certes, ce n’est pas grave de confondre Star Wars et BSG pour ceux qui n’aiment pas la SF. Mais dans ce cas ils seraient très cons de s’acheter des t-shirts Star Wars non ?

    A moins que la marque ait décidé de revoir son positionnement « la marque qui vend des logos à ceux qui n’y connaissent rien ». Pas certain de la pertinence.

    Quand à la réflexion de fond (oui cet article ci-dessus était en temps réel, donc je n’ai pas eu le temps de l’analyser), je n’imagine pas que personne n’ait détecté cette erreur avant la diffusion. Je pense que la responsabilité est (une fois de plus) certainement à la marque qui n’a pas voulu modifier le film par manque de budget ou pire, par je m’en foutisme de l’avis des geeks amateurs de SF. 

    Hey, mes marques, c’est fini le marketing copier-coller. Va falloir réfléchir à ce qu’on vend maintenant. 

  4. Du grand n’importe quoi cette histoire, ces tweets et ces commentaires. Rien de grave de la part de Celio, ils se sont just plantés mais il n’y a vraiment, vraiment pas de quoi s’exciter. Les marques sont devenues des peureuses, des faibles. C’est ridicule. Comme tu le dis, Celio aurait pu jouer sur son erreur plutot que de retirer sa vidéo, mais comme toujours on ne voit qu’une partie du souci, et à mon avis ça devait être sympa du coté agence.

  5. Je suis d’accord sur le fond, mais il faut avouer aussi qu’on fait une tempête dans un verre d’eau, d’autant que « consommateur = dindon » est valable pour beaucoup de marques, impliquées sur le net ou pas. Ce n’est pas en connaissant ses classiques SF qu’une marque de fringues respecte ses clients, quand même, si ?

    Ceci dit, j’avoue qu’une de tes remarques me frappe beaucoup (et je me fais souvent la même réflexion) : sérieusement, sur tous les intervenants qui ont eu brouillons, storyboards, maquettes, BAT, premiers jets de la vidéo, PERSONNE n’a tiqué en voyant ce vaisseau, aux lignes assez éloignées de celles des chasseurs de Star Wars ?

    1. Entièrement d’accord… C’est vraiment « beaucoup de bruit pour rien »… Parler de respect pour le client de la marque pour une erreur commise par son agence de comm, c’est limite ça qui est ridicule… Fail buzz…

    2. Le problème n’est pas qu’une marque ne connaisse pas l’univers de la SF, le problème est qu’une marque souhaite profiter de la renommée de la SF pour vendre des produits, sans prendre la peine de s’intéresser un tant soit peu aux acheteurs potentiels.

      Avec cette opération, Celio nous dit « on n’a qu’à écrire Star Wars dessus et ça va se vendre », ce qui démontre l’absence d’écoute de la marque envers la communauté qu’elle cible. Le marketing d’aujourd’hui ne peut plus se contenter de cette approche. Il faut un minimum de crédibilité.

      En l’occurence, le mauvais vaisseau dans la vidéo initiale, c’est plutôt un #fail de l’agence mandatée par Celio.

      Mais selon moi, le gros #FAIL pour la marque est surtout dans la suppression des contenus une fois le problème détecté, comme l’indique Cyroul. Non seulement c’est un comportement très négatif par rapport aux personnes. Mais en plus, c’est une énorme erreur de communication. Ce bad buzz a eu l’avantage d’attirer énormément d’attention sur la marque et sur la campagne, bien plus je crois que si la vidéo avait été faite avec un X-Wing (dans ce cas là, personne n’en aurait parlé, j’en suis presque certain).

      Au lieu d’essayer de rebondir, par exemple avec des scénarios amusants comme je le proposais ici, pour profiter de cette notoriété inespérée et transformer un raté au démarrage en réussite au-delà des espérances, la marque s’est sabordée elle-même. Parce qu’elle n’a pas eu le réflexe d’essayer de communiquer avec les premiers détracteurs pour essayer de comprendre et de s’adapter.

      Et ça, c’est un gros #FAIL.

      1. @Cédric
        C’est tout à fait vrai. La marque aurait pu rebondir, et enlever le « bad » du buzz pour transformer ce fail en jolie opé de com. Seulement pour faire ça il faut des gens compétents en com online. Pas certain que la marque ai ça en stock. 

        @les commentateurs, SVP ne stigmatisez pas l’agence « responsable » de ce fail. N’oubliez pas que c’est le client qui paie et qui décide de la campagne. C’est donc lui le responsable. Et si c’est vraiment l’agence qui a fauté, alors le client est responsable d’avoir choisi cette agence. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.