NovFut #4 – La guerre du futur

Le marché de la vente de choses qui n’existent pas explose, Disney+ diffuse une série porno et la Russie (cyber-)attaque l’Ukraine… Ce n’est pas de la Science-Fiction, vous êtes bien en 2022, et vous lisez NovFut, la newsletter des nouvelles du futur.

Malheureux hasard de l’actualité, NovFut, la newsletter du Futur, parle de « Ces guerres qui nous attendent” de la RedTeam et je vous en parle tout de suite.

Ces guerres qui nous attendent, hélas

Vous avez certainement entendu parler de la Red Team suite à la grande campagne de RP du mois dernier où l’on a beaucoup vu et entendu un jeune et fringant militaire expliquer comment le Ministère de la Défense français avait réunis des auteurs de Science-Fiction pour réfléchir à la guerre du futur.

L’exercice n’était pas évident. Comment expliquer à des journalistes, cherchant la petite phrase pour faire le beuze, que la science-fiction est un excellent outil pour anticiper sérieusement le futur ? Pas facile, mais le militaire, bien entrainé, s’en est plutôt bien sorti grâce à ce livre qui est beaucoup plus intéressant que le ramassis idéologique de la CIA (vu dans NovFut #3).

“Celui qui excelle à résoudre les difficultés le fait avant qu’elles ne surviennent.” Sun Tzu

Ce livre, qui se lit comme un roman de SF, est en effet bourré d’excellentes idées prospectives mélangées à quelques invariants de science-fiction qui dépassent largement la chose militaire : ascenseur gravitationnel (ASG : ascenseur spatial Guyanais), cargos autonomes, 5e continent (la nation auto-revendiquée des pauvres et exclus), évidemment cyber-guerre (quoique ce n’est aujourd’hui plus de la SF avec l’exemple Ukrainien), drones contrôlés par la pensée (et leur fameux retro-feedback fatal), et même du hack émotionnel.

On y trouve également beaucoup “d’avertissements” sur les dangers des technologies mal comprises forcément propices aux cyber-attaques, de “l’autonomie“ des IA, et des contextes sociaux et économiques favorables à la guerre (on est en pleine polémologie étendue là).

Ces avertissements feront sourire les technophiles par leur évidence, mais sont peut-être une remise en perspective nécessaire pour nos militaires français (qui, rappelons-le, ont commencé à s’intéresser à internet comme outil stratégique et tactique il y a seulement une dizaine d’année). Ceci dit, des avertissements qui semblent nécessaires quand on voit le développement rapide des engins de guerre autonomes et autres robots-tueurs. On souhaite d’ailleurs en passant bonne chance aux ONG qui veulent les interdire même si on ne s’abuse pas sur la réussite de leurs démarches.

Après toutes ces bonnes idées, le lecteur sera finalement un peu frustré du manque d’exploration poussée des aspects alternatifs des stratégies guerrières (guérilla psychologique, stratégies de polarité, du chaos contrôlé, du moral, de la dissuasion, etc). Et pourtant, il s’agit de réalités actuelles qui ne pourront dans le futur que s’affiner avec le développement des technologies de (des)information. On peut donner comme exemple cette IA américaine, dont l’objectif est de trouver ce qui pourrait agacer la Chine…

En reposant ce livre, le seul reproche que l’on pourrait faire en est sa forme. Déjà on sent bien le caviardage du texte (pour des raisons liées à la confidentialité). Ensuite, les textes sont assez décousus. Certains éléments sont rabachés alors que d’autres sont évoqués en coup de vent. Et enfin, l’aspect visuel est clairement ignoré alors même que les différents sujets sont tous très visuels. Les cartes sont d’ailleurs assez nulles (niveau powerpoint). Le résultat final donne l’impression d’un livre décousu écrit par plusieurs mains et sans véritable coordination éditoriale. Dommage. Toute cette matière, ces idées et ces projections futuristes auraient méritée un plus bel écrin.

Mais le contenu restant très intéressant, il faut espérer qu’il aidera les acheteurs militaires français à prendre du recul pour éviter le piège de la surenchère technologique à la mode. On espère surtout que d’autres ministères, un peu à la ramasse côté usages et technos, suivront la même direction, celle de la Science-Fiction pour (ré)inventer le futur.

Cyroul


Ce mois-ci, des choses à vivre, des choses à lire et un truc surprenant à la fin.

Des choses à vivre

Grésimaginaire, la quatrième édition du salon du livre imaginaire aura lieu les samedi 2 & dimanche 3 avril 2022 à Crolles (Isère). Un beau panel d’auteurs.

Angers Geekfest, pour sa 3e édition, les samedi 2 & dimanche 3 avril 2022 à Angers au Parc des expositions. Au programme : beaucoup de « culture geek » (c-a-d « beaucoup de culture pop qui s’achète »), mais aussi un peu de SF sérieuse.

Luxcon le Festival de l’imaginaire aura lieu du jeudi 7 au dimanche 10 avril 2022 à Dudelange (Luxembourg).

Les Intergalactiques, le festival des science-fiction de Lyon, se déroulera du jeudi 21 au mardi 26 avril 2022 à Lyon. « No future ! » Pour sa 10e édition, le festival bien connu s’intéressera aux courants subversifs de la science-fiction et ses liens avec les contre-cultures dans son histoire comme dans son actualité. Un programme alléchant.

Et pour les pros, Virtuality, les 17 et 18 mars prochains à Paris au Carreau du Temple. Ce salon est cette année dédié aux industries qui font le “Metaverse”. Métaverse, vous savez, ce concept tendance qui excite le journaliste en mal d’article et l’agence de communication en mal de trouvaille. Mais bon, on y trouve tout de même les sociétés qui travaillent réellement sur les technologies immersives et les mondes virtuels. Donc autant aller y faire un tour.

Des choses à lire

Si il y a bien un livre à offrir à Poutine, c’est sans aucun doute Metro 2033 de Dmitri Glukhovski où le protagoniste, Artyom traverse le métro post-apocalyptique de Moscou l’arme au poing pour apprendre que la guerre c’est le mal. Faut-il vraiment traverser l’horreur et la mort pour le savoir ?

Un autre livre de SF Russe à offrir absolument à Poutine, c’est le Cycle du midi des frères Arkadi et Boris Strougatski (auteurs du Stalker bien connu) dont l’intégral sort ce mois-ci. On pourra enfin lire toute leur histoire du 22e siècle, soit plus de 10 romans et nouvelles dans l’ordre chronologique. Merci à l’éditeur Mnémos pour ce travail très sérieux.

Un autre intégral, celui des Nouvelles de Franck Herbert (1952 à 1979) vient de sortir aux éditions Belial. Quelle joie !

Et dans un autre genre, saluons l’arrivée d’un roman d’anticipation politique, Subtil Béton écrit par un collectif d’auteurices les Aggloméré·e·s aux Éditions l’Atalante. Ca fait toujours réfléchir la SF engagée.

Et un truc surprenant…

J’ai découvert que la CNIL se mettait elle aussi à la SF. En effet, son Laboratoire d’Innovation Numérique (le LINC, cherchez la blague) et leur agence de communication ont écrit 6 récits prospectifs autour du thème du climat et des données autour d’un projet appelé Climatopie.

L'An 1.0

Le pitch : “Construits autour de trois axes prospectifs, ils dessinent, chacun à leur façon, un quotidien dans lequel notre relation à la technologie a évolué en fonction des contraintes de la crise climatique..

Un travail assez intéressant, même si on peut critiquer la forme qui ne parlera qu’aux personnes amatrices de nouvelles de SF ou de prospectives, alors que ces nouvelles auraient méritées d’avantage d’attention.


Et c’est fini. Merci d’avoir lu cette newsletter (vous avez vu, ce mois-ci, j’ai fait court). Je vais un peu faire un peu mon influenceur-growth hacker-sans dignité (pléonasme), en vous disant de ne pas hésiter à la partager avec vos amis. Ca m’encourage toujours de voir le nombre d’abonnés grandir peu à peu.

On se retrouve donc le mois prochain, et d’ici là, lisez de la (bonne) SF pour penser le futur !

Author: Cyroul

Aventurier des internets depuis 1995

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.