Startups de merde…

Vous le savez si vous lisez ce blog, les startups ne sont pas forcément vos amies. Mais pire que ça, elles peuvent aussi aider des imbéciles à détruire environnement. La preuve avec un coup de gueule en temps réel (pas les meilleurs mais ça défoule).

Comme tous les lundis après-midi, je reçois une flopée de communiqués de presse venant de boites qui ont acheté mon e-mail sans jamais m’en avoir demandé la permission. Ayant le choix entre cliquer sur le bouton « Supprimer » ou celui de « Déclarer comme spam« , je choisis habituellement dans ma bienveillance habituelle de supprimer le mail. Pour celui-ci ce sera « spam » direct.

La startup qui te pourrit ton environnement

Car que propose ce service innovant de sa mère ? Tout simplement de passer outre la circulation alternée.

Oui, la promesse de cette startup est de permettre à des enfoirés de continuer à polluer Paris malgré les pics de pollution. Ca c’est de l’innovation ! (c’est Fleur qui va être contente).

eloue-connards

J’ai biffé le nom du service pour ne pas leur faire de la pub. En revanche, on voit bien le groupe E-loue pour lequel le civisme n’existe pas.

Face à ce communiqué de presse, je me pose immédiatement 3 questions :

  1. Les patrons de E-loue sont-ils inconscients ?
  2. Les patrons de E-loue sont-ils méchants ?
  3. Les patrons de E-loue simplement cons ?

Une certitude, les patrons de E-loue ne sont pas cons. Sur la page « qui sommes-nous ? » de leur site , on peut découvrir que ces gens sont bourrés de « valeurs » : proximité, simplicité, qualité, écoute, honnêteté et performance. Putain, on dirait un vrai brainstorming de HEC sur « quels sont les termes qui font honnêtes et qui vont nous aider à vendre mieux« .

e-loue-valeurs

Mais comment peut-on se dire honnête quand on lance un portail pour contourner la loi ? Simple, il suffit d’être une startup, dans laquelle le mensonge est permanent.

Le mensonge permanent des startups

truandsCar la startup ment. Elle ment en permanence. Mais elle n’a pas le choix car sinon elle ne pourrait exister.

  • Elle ment quand elle remplit son dossier de subvention à OSEO et autres organismes gouvernementaux de prêt pour les sociétés qui ont le temps de passer 2 mois à remplir des dossiers administratifs de plus de 20 kg.
  • Elle ment quand elle communique sur son service ou produit pour lancer la machine. Elle s’invente des statistiques de fréquentation, des clients, des verbatims imaginaires, …
  • Elle ment quand elle parle à ses actionnaires. Elle s’invente de l’expérience qu’elle n’a pas, des compétences qu’elle ne possède pas, des locaux qu’elle n’a pas, des partenaires qu’elle n’a pas, des subventions qu’elle n’a pas…
  • Elle ment quand elle parle à sa banque ou ses partenaires. Elle s’invente des actionnaires qu’elle n’a pas, des clients qu’elle n’a pas, …
  • Elle ment à ses salariés pour pouvoir exiger le meilleur d’eux même sans jamais être certain de pouvoir leur rendre un jour.

Oui, la startup n’a pas le choix, elle doit mentir pour exister. Qui mettrait de l’argent dans un projet qu’il ne comprend pas ? Qui irait rejoindre une boite qui sera incapable de le payer dans quelques mois ? Qui peut se lancer dans une aventure folle sans être fou ou avoir des paillettes plein les yeux ?

Mais habituellement, le cercle du mensonge s’arrête vite. Car la startup se rend très vite compte, que plus elle ment, plus elle aura du mal à garder ses utilisateurs / acheteurs de son produit. Aussi, les startups qui se développent sont soit celles qui courent vite (pour ne jamais s’arrêter) soit celles mentent le moins, qui ont gardé une certaine honnêteté par rapport à leurs utilisateurs. Les bons gros menteurs sont morts d’inanition, perdant la confiance de leurs utilisateurs.

Et puis il y a l’écosystème du mensonge

Seulement on apprend un truc en communication, c’est que plus le mensonge est gros, plus il fonctionne. Aussi l’idéal quand on veut faire passer une bonne grosse couleuvre, c’est le communiqué de presse. Car dans le tas, vous tomberez forcément sur des relais média qui fonctionne comme vous, sans scrupule. Faites confiance à vos amis journalistes opportunistes.

La preuve avec cette recherche sur le nom de ce service.

eloue-search2

Usine-digitale.fr (un site aux articles habituellement bons) nous parle de succès : « Il semblerait que la mesure ait séduit. Samedi 21 mars, deux heures après l’annonce d’Anne Hidalgo sur la mise en place de la circulation alternée, ce sont plus de 230 voitures qui avaient déjà été louées. Un succès qui pourrait se répéter lors de futurs épisodes de pollution, si la mesure de circulation alternée est reconduite. ». Francetvinfo.fr nous dit que le site « a trouvé la parade pour rouler« . En gros, le site a trouvé la parade pour continuer à polluer tranquillement. Et enfin le Figaro, Metronews, 20minutes, n’ont aucun scrupule à conseiller la plateforme sans se poser de questions sur les conséquences de leurs actes.

C’est de plus en plus facile de lancer un service aujourd’hui, avec des « journalistes » aussi dénués de déontologie.

Conclusion sur les patrons de e-loue

Alors non, les patrons de E-loue ne sont pas des cons. Alors, sont-ils méchants ? Non plus. Ils considèrent simplement que l’important dans la vie c’est de gagner de l’argent, le reste ce n’est pas leur problème. Ainsi, les fonds publics vont à des startups qui n’en ont rien à faire du civisme, et qui sont capables de détruire la société pour de la renommée ou du profit.

Mais enfin, les patrons de E-loue sont-ils inconscients ? Oui certainement. Encore jeunes, ils ne se rendent pas compte que leurs gamins (si ils en ont un jour) paieront d’une façon ou d’une autre pour leurs conneries. Mais ils se disent certainement que quand on est riche, on a plus à s’en faire.

Ah si, les patrons de E-loue sont cons finalement…

  • Bonjour Timothée,
    Oui il y a de « bonnes startups » évidement. Certaines qui partent d’une bonne idée et qui arrivent à la force du poignet à la faire exister et la rendre rentable.
    J’en connais 3 ou 4. Ce coup de gueule ne leur est évidemment pas destiné.
    En revanche des startups qui trichent ou qui mentent d’une façon ou d’une autre, j’en connais certainement plus d’une cinquantaine (si un jour OSEO ou le Ministère de la Recherche rendent publiques leurs datas, on pourra vérifier).

    Donc oui, tu as raison, il ne faut pas mélanger (et je m’excuse de l’image peu reluisante que je donne des startups – promis elles ne sont pas toutes comme ça).
    En revanche, je ne pense pas que ce coup de gueule soit infondé.

  • Timothée Lacour

    Ce jour est arrivé où je suis en profond désaccord avec vous !!!

    Toutes les star-up ne mentent pas, certaines tentes juste de s’en sortir en étant conscientes et en adoptant le comportement inverse que celui énoncé ci-dessus, en proposant des solutions en réponses à des besoins et à des usages tout en qualifiant l’environnement. D’accord il y a des enfoirés partout (peut être plus dans le « digital » la com et l’innovation). Mais je trouve ce coup de gueule disproportionné et pour une fois non fondé. Prendre au sérieux et monter un post pour 3 imbéciles surfant sur une mauvaise loi, franchement il n’y a pas de quoi…