Anonymat vs Transparence ? Réponse en BD

On vous demande de choisir entre Anonymat et Transparence. mais dans la vie de tous les jours devez-vous choisir entre être anonyme ou être « transparent » ? Ma réponse en BD (oui je suis plus rapide à faire une BD qu’à écrire un article en ce moment. C’est l’été et j’ai besoin de vacances).

anonymat ou transparence ?

Anonymat ou transparence ? Le fausse question à la mode

Depuis la sortie de Google+, on a vu cette question parasiter les blogs: de l’infographie qui va bien en passant par les billets vengeurs : Google Plus, la dictature des vrais noms qui va même jusqu’à parler d’abus de pouvoir.

Ces billets hélas sont vains, car ils ne se posent pas la question de la vrai vie (AFK). Nous promenons-nous dans la rue avec une étiquette où il y a marqué notre nom, notre adresse, notre âge, etc ? Non ! Nous ne sommes pas « transparents ». Nous promenons-nous dans la rue avec un masque sur la tête pour qu’on ne nous reconnaisse pas ? Non ! Nous ne sommes pas anonymes.

Non la vie est un équilibre entre l’anonymat et la transparence, entre le privé et le publique, où vous decidez vous-même de passer d’un état à l’autre. Vous avez la possibilité de choisir d’être les deux. C’est ce qui fait de nous des gens libres. Youpi !

Alors pourquoi est-ce que ça devrait être différent sur Internet ? Pourquoi devrait-on choisir entre transparence et anonymat ?

Se poser de mauvaises questions pour ne pas se poser les bonnes ?

Car un réseau social ne vous empêche pas d’être transparent ou anonyme. Personne ne vous empêche (même pas Google) de vous inscrire sous un faux nom. Et seuls les artistes ou les  mono-pseudo vont en souffrir car ce serait trahir leur oeuvre que de changer ce qui fait la substantifique moelle de leur identité et donc de leur génie, c-a-d leur pseudo. Mais en dehors de ces guignols qui vont crier très fort il n’y a pas de problème, les gens normaux peuvent être anonymes.

Alors pourquoi cette obligation de plus en plus prégnante d’une vision manichéenne de l’identité ? Qui essaie de faire parler sur ces « nymwars » insensées ? Ne serait-ce pas des conversations provoquées par les adversaires d’une certaine neutralité du net ? Ceux qui aimeraient faire de vous des gentils (transparents) ou des méchants (anonymes) ? Digne continuation du mythe de l’horrible pirate crapuleux.

Car pourtant si, il y a un problème, mais pas là où tout le monde regarde. Car vous avez bien donné votre vrai nom à votre fournisseur d’accès (votre opérateur télécom). Et là, vous n’aviez pas le choix : pas de pseudo possible. Donc pas de liberté possible ! Et pourtant on voit nettement moins de gens dénoncer les pratiques des opérateurs. Qui (en dehors de quelques Bayart), vont dénoncer le monopole de la surveillance des 4 gros opérateurs et fournisseurs d’Internet ?

On va donc voir troller des centaines d’artistes pour qui le droit au pseudo est un droit inaliénable, qui ne se rendent pas compte qu’ils sont déjà fichés par leur provider internet. Alors ne vous trompez donc pas de débat (ni de colère) :

le choix entre l’anonymat ou la transparence commence quand vous vous connectez à internet, pas après !

Allez, mon article est déjà trop long. Vous pouvez vous amuser avec cette BD qui est mise à disposition mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique 3.0 non transcrit : Contrat Creative Commons

  • Pingback: Quand les Internets dénoncent les agences de pub | Cyroul()

  • Evidemment, je ne reconnais pas tous ceux que je croise dans la rue, mais je reconnais ceux avec qui j’interagit. Et j’ai à ce niveau une connaissance différente. Je sais où habite ma voisine et comment elle s’appelle. Je sais vaguement où habite mon boulanger, mais j’ignore son nom.  Et je croise des gens qui habitent ma ville sans les connaître, mais en les reconnaissant. 
    Pas de transparence absolue, ni d’anonymat absolu. 

  • sympa, mais attention sur un point, dans la rue, même si j’ai un visage découvert (mes paquets non cryptés, ou mon adresse IP on pourrait dire par analogie, je ne suis pas « transparent pour autant, reconnaitrais-tu tous ceux que tu croises dans la rue ? Le vrai soucis, et tu le soulèves avec d’autres, c’est cette pancarte avec nos détails si facilement récupérable !

  • Pas mal la réflexion, merci pour l’article :)