the 35 day

J’ai jamais aimé le jour de mon anniversaire…

Peut-être parce que tous ces jours se ressemblent. Ca commence le matin en arrivant au taff. Les gens vous croisent banalement au petit déjeuner. Rien ne se passe. Et puis la rumeur commence à enfler peu à peu. Alors les gens se sentent obligé de vous taper sur l’épaule pour vous souhaiter un excellent anniversaire, pour vous demander votre âge et vous dire que vous ne le faites pas. Si si je t’assure, tu fais plus jeune.

Et puis la journée s’avance… Les gens continuent de vous envoyer des mails, des messages Facebook et vous tapent dans le dos. Mais ils sont de moins en moins nombreux. Vos clients, insouciants de cet immense changement qui s’opère en vous, continuent à vous téléphoner et vos propales en retard s’amoncèlent sur votre bureau.

Jusqu’au soir où vous partez plus vieux d’un an, comme un yaourt qui viendrait de dépasser sa date de péremption (merci M.), solitaire dans la nuit froide, accablé par le poids des âges, pensant à la mort qui se rapproche inexorablement tel la date de livraison d’un site web en retard…

35 ans poil au dentsCe matin…

…en arrivant à mon bureau (j’arrive le premier car mes collaborateurs ont une vie sociale très nocturne), j’ai découvert que ces mêmes camarades de travail avaient manigancé une petite surprise.

De superbes affiches (« the 35 day », bravo le concepteur-rédacteur, il mérite une augmentation) ornaient les murs blancs et tristes du couloir (dont celui de la direction, ohohoh, quelle audace).

Mais plus que ça, de très nombreuses petites feuilles de papier colorées bariolaient les murs et les bureaux. Ces post-it reprenaient chacun un aspect (caricatural) de ma personnalité (vachement plus complexe que ça merci quand même). Un véritable hommage à CommonCraft, signalant par là, la grande intelligence de ce pôle digital qui est capable de s’approprier avec une facilité déconcertante les codes de start-up américaines (j’en fait trop là ?).

C’était différent

Alors je me suis senti très ému.

Et pour la première fois peut-être, j’ai aimé le jour de mon anniversaire.

Merci les gars.


(vu sur Gaduman.com, le site indispensable pour ceux qui veulent passer de bons anniversaires)