[Mythologie du geek] Les lois du geek – part 1

newtons_laws_in_latinLes geeks ont toujours aimé les lois, notamment les lois complexes, un peu scientifique. Évidement, certains, à l’instar de quelques professeur de faculté, ont une préférences pour des lois à la signification la plus obscure possible pour le grand publique, rendant ainsi inaccessible le statut de geek tant convoité à la masse populaire.

Allez, petit tour des lois geeks pour désacraliser tout ça. Et comme il y a beaucoup de lois, voilà encore un article divisé en plusieurs morceaux. Pour commencer, attaquons les plus célèbres lois des geeks : les lois de Murphy, Moore et Godwin.


La loi de Murphy

La loi de Murphy est un principe empirique énonçant que si quelque chose peut mal tourner, alors cette chose finira infailliblement par mal tourner. Une autre version du même adage indique que s’il existe au moins deux façons de faire quelque chose et qu’au moins l’une de ces façons peut résulter en une catastrophe, il se trouvera forcément quelqu’un quelque part pour emprunter cette voie… (Wikipédia)

tartineLa loi de Murphy est une variante de la loi de l’emmerdement maximum (Loi de Lenz-Faraday). Une loi très appréciée des nerds des années 80 qui l’ont baptisé « loi de la tartine beurrée« . Car en effet (vous pouvez tenter l’expérience chez vous), si vous lâchez une tartine beurrée, celle-ci retombera invariablement sur son côté beurré (sauf si vous voulez qu’elle tombe spécifiquement de ce côté là, dans ce cas je ne réponds de rien).

Aujourd’hui cette loi s’est popularisée, et on peut la retrouver maintenant citée par n’importe qui. Une loi qui n’est donc plus geek, mais toujours agréable à utiliser pour briller dans une conversation familiale.

Et pour savoir comment bien beurrer sa tartine, faites un tour ici : Si la tartine tombe du côté non beurré, vous avez beurré le mauvais côté.

La loi de Moore

Formulée par Gordon E. Moore en 1965, elle postule le doublement annuel des performances des circuits intégrés (mémoires et processeurs) dans les ordinateurs.

On ne devrait d’ailleurs pas parler de la loi de Moore, mais DES lois des Moore, voir même de conjectures de Moore puisque les énoncés de Moore ne sont en fait que des suppositions (nous apprend la Wikipédia ici).

450px-loi_de_moore1Néanmoins, il s’agit d’une loi qui a très bien marché (en terme de notoriété) dans les années 80 et le début des années 90 chez les informaticiens. Et puis, les ordinateurs sont devenus tellement puissant que l’utilisateur moyen n’est plus obligé d’apprendre l’assembleur pour réaliser une animation (programmer en flash suffit). Et la loi est peu à peu tombée en désuétude.

Et en plus, la loi de Moore tire à sa fin. Cela en fait encore une loi agonisante dans le grand cimetierre des lois abandonnées par les geeks, nerds et autres otakus (oui, bientôt un article pour vous apprendre la différence).

A lire également ce très bon historique de la loi de Moore.

La loi de Godwin

« As a Usenet discussion grows longer, the probability of a comparison involving Nazis or Hitler approaches 1. » (Mike Godwin , 1990)

loi-de-godwin-wikipedia_1242034041015Une loi assez récente, qui cartonne depuis quelques années et qui a été inventée à partir d’une constatation faite sur les forums (Usenet était un vieux forum de nerd); constatation montrant que plus la discussion durait longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant Hitler ou les nazis était forte.

L’auteur de la comparaison se devait de recevoir ainsi un magnifique point Godwin (encore plus joli en ascii).

Ce que je n’ai jamais compris dans cette loi, c’est pourquoi il avait fallu attendre 1990 pour la créer. En effet, la plupart des longues discussions auxquelles j’ai pu assister (lors de ma jeunesse de pilier de bar), faisaient immanquablement intervenir adolphe et son cortège de morpions en cuir. Ce n’est donc pas une loi réservée au à Internet, mais une loi générale qui peut s’appliquer à n’importe quelle conversation.

La preuve avec Albanel qui marque un point Godwin en plein débat sur l’Hadopi. Et on sait bien que Christine n’y connait rien en Internet (vous savez, le truc de pirates). Donc la loi Godwin s’applique à n’importe quelle conversation (CQFD).

Bientôt la suite, avec les lois des développeurs-programmeurs et les lois des geeks écrites et non-écrites…

Author: Cyroul

Aventurier des internets depuis 1995

3 thoughts on “[Mythologie du geek] Les lois du geek – part 1

  1. Ma vie vient de prendre un nouveau chemin grâce à toi et toutes ses lois, cyroul ;). A quand un article sur les normes iso ? The G33k way of life

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.