L’esprit cyber n’est pas mort, il bouge encore !

Je ne parle que rarement des soirées où je vais. Je n’en parle même jamais car ma vie privée ne vous regarde pas gentils lecteurs (pas la peine d’insister). Seulement jeudi dernier j’ai passé une soirée tellement stimulante, que ça m’a donné envie de vous la faire partager. J’ai en effet replongé plus de 13 ans en arrière, à une époque où des pionniers exploraient Internet sans trop savoir où ça allait les mener.

Petit tour dans la théorie des graphes sociaux appliquée à la vraie vie.

Une époque de pionniers…

Yann MinhEn 1996, on rencontrait pèle-mêle sur Internet, des artistes, des fous, des technophiles allumés (des nerds), des passionnés de nouveautés, et peut-être un ou deux businessman. En tout cas, des personnalités toutes différentes mais toutess unies par une volonté commune : explorer les possibilités d’un nouveau monde vierge et encore pure.

Et ces individus, ces expertises, ces passionnés s’entrechoquaient, se mélangeaient (oui, des fois, c’était sexuel), buvaient, créaient, se droguaient aussi (mais rarement, car ça n’améliorait pas sa vitesse de frappe sur le clavier). Et c’est ainsi qu’on vont le jour des webzines fameux : Nirvanet (de Christian Perrot), La baguette virtuelle (devenue Multimania), La Rafale (de DavDuf), uZine (devenu Rezo.net),  La Spirale, et l’inénarrable et ego-tripant Les-Ours (oui, je l’aime, mais c’est mon premier site web, faut me comprendre).

Une époque où Internet était un « vaste pâturage » où chacun avait la place de faire paitre ses moutons (référence à la chronique de ce matin d’Alain-Gérard Slama à propos du projet de loi Création et Internet sur France Culture). Une époque bien terminée maintenant que chacun veut délimiter son territoire. Les barbelés ont envahis la prairie Internet. Et c’est pas la Quadrature du Net qui me contredira.

… mais qui n’est pas terminée

Retour à jeudi dernier, où j’ai ressenti cette même émulation, ce même besoin de créer, d’innover, d’inventer, de s’exprimer qu’à l’époque. Sauf que le territoire vierge à explorer n’est plus le web, il s’agit maintenant des mondes virtuels.

YannMinhJ’ai été invité par Yann Minh, écrivain de SF cyberpunk et artiste multimedia, qui nous a fait une démo étonnante d’un face-mapping sur le nooscaphe (un scaphandre-concept inventé par lui-même et programmé par Eric Wenger, le créateur des logiciels Bryce, Metasynth, Art Matic Voyager). J’ai pu rencontrer également un excellent designer 3D musicien que les habitués de Second Life connaissent bien sous le pseudo de Balthasar Truffaut mais qui préfère maintenant créer des grids sur OpenSim. J’ai gouté l’excellente cuisine de l’écrivain voyageur Karen Guillorel qui a inventé le concept du livre-qui-s’échange et dont vous pouvez suivre le voyage sur traverses le livre. J’ai échangé avec l’auteur, scénariste, éditeur, artiste Laurent Bramardi qui expose en ce moment Wish you were here à la Galerie Arche de Morphée et qui publie aux éditions Eclectik Lab. Et bien d’autres personnes, dont Bérangère, la créatrice de 6nema.com, le site de monétisation des court-métrages.

Une soirée, inspirante donc, stimulante même vus les geeks absolus, générateurs de volutes créatives qui trainaient là. Une soirée qui m’a rappelé à quel point je pouvais fréquenter trop souvent les gens de ma sphère professionnelle (ou passionnelle) sans en sortir en oubliant la règle fondamentale des réseaux sociaux : le bénéfice des trous structuraux.

Les bénéfices des trous structuraux

198145491_structural_holeVous ne croyez tout de même pas que je vais vous parler de ma vie privée sans en sortir une leçon tout de même ? Ce blog n’est pas là pour ça. Je vais donc vous parler des bénéfices des trous structuraux, une théorie issue des études sur les réseaux sociaux.

Il s’agit d’une théorie de Ronald Burt (1995) qui dit que la multiplication des contacts directs non redondants (séparés par des trous structuraux) procurent des bénéfices de réseau (mesurables en terme de profit, de temps, d’énergie, d’information et de pouvoir), qui s’additionnent plutôt qu’ils ne se recouvrent (lire Sociologie des réseaux sociaux de Pierre Mercklé).

Cette théorie s’appuie sur le principe des « noeuds faibles » des graphes sociaux qui devraient, d’après FredCavazza, délivrer leur potentiel dans les prochaines années.

En bref, vous devez rencontrer (et sympathiser si possible) avec d’autres personnes, hors de vos potes de taff, ou de vos relations de travail.

Ca a l’air simpliste comme raisonnement, mais vous n’en avez pas marre des soirées bloggeurs où l’on entend toujours les mêmes conversations (« ah au fait, tu as entendu la dernière, il parait qu’Erc Dupin a perdu ses clés ! Non ? Et tu savais qu’Emry était gay en fait ? …(sic) « ) et où l’on croise toujours les mêmes personnes : wanna-be bloggeurs influents, chef de produit chez l’annonceur qui veut comprendre comment ça marche, marketeurs d’agence qui veut se digitaliser, startupeur qui veut faire connaître son nouveau service, copine/copain de bloggeur/geuse qui s’ennuie à mourir, réseauteur/euse amateur prêt à lêcher le derrière de n’importe qui, Community manager professionnel qui serre la main à tout le monde, etc.

Bref, un monde clos, remplis de poissons qui tournent en rond.

Alors mélangez-vous que diable !

Car vaut-il mieux stagner dans une mare dont on connait les moindres recoins ou voguer vers des nouveaux horizons sur une mer inconnue ? Au pire, vous apprendrez de nouvelles disciplines, serez introduits aux mystères de nouvelles idées. Au mieux cela vous donnera des idées créatives pour votre propre métier.

Moi j’ai choisi, et vous ? …

Pour finir, une petite vidéo d’une exploration d’Eric Wenger.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=hJtPI-JYYCY[/youtube]

  • Le 3ème paragraphe est bien placé lol, pour une description de soirée… chapô l’artiste. Autrement, je partage un peu votre point de vue final, au sens où le microcosme de l’internet français IRL semble très réduit, enfin je m’avance peut être un peut trop car je ne me suis pas assez souvent rendu dans ces soirées prisées pour en être tout à fait sur, je vais tenter d’y remédier…++

    Dernier billet de Mathieu : Si Obama postait sur twitter…

  • J’me suis bien marrée en lisant ton article. C’est donc ça, les gens du web changent, personne ne s’en rend compte, et quand on revient à quelque chose de plus « humain » basé sur l’échange et la découverte (et le Web ne devient qu’un moyen, pas une fin en soi), c’est beaucoup plus passionnant. Oui… à méditer…
    Merci également pour cette théorie que j’ignorais ^^.
    Bonne journée !

    Dernier billet de lucky : 01:04, virée au Monop…

  • Bé.

    Hi guys,

    Heureuse et fière d’avoir couvé dix ans le trou structurel impeccable qui s’est révélé jeudi. C’est très étrange mais vous ne pouviez pas vous rencontrer avant…

    La prochaine fois, l’une des prochaines fois, ce sera aussi un atelier cuisines du monde avec Eric.

    Yann, je ne saurai jamais si vous avez relu ma chose quand on a filé !?

    Des baisers.

    Bérangère

  • Oui, je suis partant pour refaire ça.
    Mais on amène nos bécanes histoire de créer des trucs en même temps qu’on boit. J’avais les doigts qui chauffaient moi avec toute cette créativité dans l’air. ;)

  • Génial Cyril, un grand merci pour ta chronique, on a tous passés une soirée génial ce Jeudi… c’était très agréable de te rencontrer et d’échanger des idées avec toi… :-)

    faudra remettre ça… 2009 démarre à fond… étonnant d’ailleurs comme en ces temps de crises sociales il y a un telle profusion de créations et d’énergies artistiques…

    Yann :-)