32 ouvrages Internet marketing 2011 à gagner !

En 2005, les stratégies digitales n’existaient pas. Les agences de publicité faisaient des campagnes bannières et des mini-sites qu’elles achetaient à des agences Internet aka des pure players (tiens, c’est marrant, j’ai l’impression qu’on ne dit plus « pure players » aujourd’hui – la pureté ne vend plus ?). Non, à l’époque vous aviez 2 métiers Internet définitivement séparés :

  • D’un côté les pubards qui faisaient de la publicité internet à base de mini-sites et de bannières, et tout ces trucs rigolos avec de la créa dedans (le blog et buzz marketing n’étaient pas encore à la mode)…
  • De l’autre les gens sérieux qui faisaient du marketing interactif comprenant du CRM, de la newsletter, du lien sponso, et tous ces trucs compliqués avec des chiffres dedans…

Entre les deux, rien. Ou plutôt une opacité qui confinait souvent à la rivalité (budgétaire et stratégique). Car non, les directions marketing n’aimaient pas parler d’Internet avec les directions de la communication. Chacun son boulot, chacun son budget (et c’est encore le cas chez la majorité des annonceurs français non ?).

Un ouvrage de référence

Et puis, le petit livre rouge du marketing interactif (j’adore ce titre) de l’éditeur EGB est sorti, suivi en 2006 par les 10(3) commandements du marketing interactif. 2 ouvrages qui nous permettaient enfin de regarder d’un seul coup d’œil l’étendue des possibilités du marketing et de la communication sur Internet. Le fait de réunir dans un seul ouvrage, toutes les possibilités de ce nouveau canal a permis d’ouvrir une dimension stratégique aux moyens disposés pour communiquer ou vendre mieux ses produits et services. On peut même dire que c’est grâce à cette série d’ouvrages (Internet Media Cannibale en 2007, puis Internet Marketing 2008, 2009, 2010 et 2011)  que le marketing et la communication commencent enfin à s’entendre quand on travaille sur des stratégies digitales (sérieuses).

Personnellement, c’est cette série d’ouvrages qui m’a permit de dessiner le modèle des stratégies digitales pour les nuls que j’ai sorti en 2007 – et qui est toujours valable aujourd’hui.

Point fort : des exemples à gogo

Il est en effet extrêmement difficile de trouver des exemples de dispositifs e-marketing ou publicitaire de marques. Vous allez chercher dans votre agence, et trouver les dispositifs que vous avez vous-même réalisé. Vous allez chercher dans les concours et autres prix publicitaires et vous allez trouver des stratégies basées sur la puissance média (donc le budget annonceur). Vous allez demander à vos potes dans d’autres agences, mais ils ne vous répondront pas car « le savoir-faire internet, tu vois mon gars, c’est comme les recos, ça se partage pas« .

L’EBG a donc organisé ses ouvrages autour de cas concrets (brief, objectifs, moyens, stratégie, budget, etc). Un rêve de stratège digital : des exemples de campagnes réunies par secteurs d’activité (de la Finance au Tourisme en passant par l’E-commerce, le B2B, etc. – allez donc voir le sommaire des cas pratiques).

Si on y rajoute une série d’articles sur les fondamentaux du marketing Internet: chiffres, statistiques, tendances, etc., cela transforme chaque édition de Internet Marketing en un ouvrage indispensable au bureau.

Point faible : des exemples de gogo

La grande force du livre est aussi sa grande faiblesse. Car si le nombre d’exemples de campagnes est important (70 exemples), l’analyse de ces campagnes laisse de temps à autre à désirer. Certains sont en effet rédigés par des directeurs (conseil et autres) d’agences trop publicitaires (et pas assez digitales). D’autres pensent que « stratégie digitale » rime forcément avec « media social » (comprenez page facebook). D’autres enfin, dinosaures qui sentent qu’internet va leur permettre de se payer une rollex, se prennent pour des professionnels et racontent n’importe quoi.

Cela occasionne 2 problèmes inévitables (je pense qu’EBG a du réfléchir à ça depuis 6 ans) :

  • Le manque d’objectivité des auteurs des cas pratiques, qui vont de la description précise et argumentée de dispositif stratégique à de la propagande pure et simple (ouais, on avait pas d’argent alors on a fait dans le buzz et ça a marché parce qu’on est trop fort). Idem pour les budgets annoncés qui peuvent vite tomber dans le fantaisiste (quand on connait les tarifs de ces agences, ça fait rire). Dans les deux cas, des informations difficilement vérifiables ou même contrôlables (comment dire à une agence qu’elle raconte des fadaises ?).
  • Le niveau de connaissance Internet très hétérogène entre les rédacteurs. On y trouve encore une fois le meilleur (avec des pros qui ont de la bouteille) comme le pire (le dirigeant de telle ou telle marque qui veut montrer qu’il s’y connait en racontant n’importe quoi). Mais ces rédacteurs étant invités, j’imagine qu’il est difficile de les censurer a posteriori (comment dire à un directeur d’agence qu’il ferait mieux de retourner à la pub TV ?).

Mais comme je dis toujours, mieux vaut trop d’infos que pas assez. A vous de faire le tri (et ça vous permet de mesurer la maturité de ces agences).

Gagnez 7 livres et 25 applications iphone/ipad

Par un heureux hasard, l’éditeur EBG et le père Noël (en photo sur la couverture de l’ouvrage) me proposent de vous faire gagner, à vous, gentils lecteurs qui restez jusqu’au bout de cet article trop long, 7 livres et 25 applications iphone/ipad (oui pas d’Android, l’année prochaine peut-être). L’application quand à elle, est un e-book qui vous permet de lire l’ouvrage sans le porter (il est assez lourd).

Pour gagner, vous devrez répondre à ces 5 questions ci-dessous dans les commentaires. Oui c’est dur, mais le bouquin vaut 62 € (58 € dans certains lieux de vente), alors ça vaut un peu de sueur.

  1. Quels sont les ingrédients indispensables pour construire une stratégie digitale ? Allez-y, lâchez vous.
  2. « Stratégie digitale », ça rime avec … ?
  3. Qu’allez-vous faire de cet ouvrage ? Répondez franchement.
  4. Combien de secteurs d’activités trouve-t-on dans Internet Marketing 2011 ? lien vers la réponse dans l’article.
  5. Vous préférez gagner la version livre papier ou l’application iphone/ipad ?

N’oubliez pas de mettre votre vraie adresse e-mail dans les commentaires, et vous aussi vous aurez peut-être une longue barbe blanche, signe identitaire de votre expertise digitale…

DATE LIMITE du jeu : 7 mai 2011 (après, vous pouvez commenter, mais c’est trop tard).