Vers un Internet orienté utilisateur

Il y a 10 ans, l’Internet était un outil de chercheurs et d’étudiants. Puis, cet outil s’est amélioré pour proposer des contenus plus intéressants, plus lisibles, et des services plus utiles aux utilisateurs dont le nombre et le genre variait. Mais on en restait néanmoins aux briques de bases : un support en HTTP, une couche de présentation en HTML, ou en XHTML, avec éventuellement un peu de flash pour faire joli et c’est tout.

La saga du web 2.0

Et puis vint la saga du web 2.0, propulsée par l’affinage et la professionnalisation des bonnes pratiques web. Ces bonnes pratiques comprenant aussi bien des changements de fond (conception orientée utilisateur des sites et services, tests des pages d’entrée, utilisabilité des interfaces) que des changements de forme (ergonomie incitative, rationalisation de l’accessibilité, arrivée des Interfaces riches, …). Aujourd’hui, les internautes sont de plus en plus habitués à des interfaces performantes qui répondent à leurs besoins, voir même qui les anticipent (tunnels de persuasion). Cette amélioration constante des interfaces de communication va se propager jusqu’à l’organisation même du contenu d’Internet, avec l’intégration progressive du sens dans les contenus web (voir à ce propos : l’intégration du Web sémantique dans l’Internet 3D).

Internet orienté utilisateur

Et l’on remarque que l’Internet en entier se structure autour des besoins des utilisateurs, lui aussi. Selon moi, les évolutions des services web rejoignent les préoccupations actuelles du « user centered ». On retrouve de plus en plus de « briques applicatives » (applications, services web, mashups, …) conçues pour résoudre une certaine catégorie de besoins. Par exemple : Paypal va gérer tous les aspects du paiement en ligne, Ning va mutualiser toutes les fonctionnalités des réseaux sociaux, ou encore Google Maps va permettre d’inventer toutes les audaces géographiques …

Ces briques vont s’appuyer sur des interfaces graphiques (en html, en 3D, en flash, ..) s’adaptant à des protocoles et formats de communication (XML, HTTP, URL, URI, ..), eux-mêmes utilisés par les supports de communication (internet, internet mobile, internet tv, …).

En conclusion, l’internet de demain proposera des briques applicatives spécifiques permettant de répondre aux besoins de n’importe quel utilisateur. Des briques qui évolueront spécifiquement et qui pourront être lues sur n’importe quelle interface. N’est ce pas ce que certains appellent déjà le web 3.0 ? Un Internet centré sur les besoins des utilisateurs ?

Author: Cyroul

Aventurier des internets depuis 1995

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.