RSS is good for you

Je pense que tout le monde a loupé ça, mais le 1er Mai était la journée du RSS (the RSS Awarness Day). Vous ne me croyez pas ? Allez voir sur RSSday.org.: Et puisqu’on parle de RSS voilà un petit billet sur cette technologie qui a changé la face du web.

Rappelez vous un monde sans RSS…

Nous étions en 2003… Les sites web se multipliaient comme des lapins dans une garennet sans chasseurs. Vous passiez de plus en plus de temps chaque matin à éplucher vos bookmarks . La plupart d’entre eux, mal classés, encombraient les répertoires et sous-répertoires du marque-pages de votre Internet Explorer (car c’était aussi une époque bien triste ou Mozilla Firefox n’existait pas).

Et puis les flux RSS sont arrivés…

Et ce fut la révolution dans notre manière de travailler. Evidement, au début ce fut dur. Il fallut utiliser des logiciels compliqués à l’utilisabilité un peu primaire pour gérer les quelques flux RSS disponibles.

Et puis le succès phénoménales des plateformes de blogging (qui intégraient nativement les flux RSS) propulsa enfin leur diffusion. La petite icône orange rayée se démocratisa alors. Jusqu’à changer les usages et créer des services spécifiquement associés à leur gestion (Feedburner) ou à leur consultation (Netvibes, Google Reader, Bloglines, Newsgator, …).

Mais sans se presser…

Car finalement quand on regarde les statistiques, on est surpris de constater que seuls 6% des internautes utilisent les flux RSS.

Quoi ? Comment est-ce possible ? Alors que les RSS sont un service utile, simple, efficace et qui peut faire gagner tellement de temps ?
RSS Awareness Day
J’y vois deux raisons :

  • la première, c’est que les flux RSS sont difficile à appréhender pour des utilisateurs moyens. Non, pas compliqués à utiliser (un clic et c’est installé), compliqués à appréhender. C’est en effet une nouvelle façon de ranger et d’utiliser l’information. Et tout nouvel usage non naturel se doit d’être appris. Et la pédagogie des flux RSS n’est pas forcément faite par les plus grands sites (aka ceux qui drivent le plus de trafic).
  • la deuxième raison c’est effectivement que la plupart des sites les plus visités ne sont pas adeptes de cette nouvelle forme de diffusion de l’information. Pourquoi ? Parce que la plupart de ces sites ont un modèle économique basé sur les bannières publicitaires et que celles-ci sont encore absente des flux RSS malgré des essais dans ce sens (voir les essais ratés de 2005 et Etes-vous prêt à ajouter de l’AdSense dans vos flux RSS ?. Alors forcément, les régies pub et les gros sites ne vont surement pas promouvoir une technologie gratuite, même si elle simplifie la vie des utilisateurs. Enfin, jusqu’à ce qu’on puisse monétiser sérieusement la pub dans ces flux.

Alors utilisez les RSS…

… Et pour vous aider à faire le premier pas et à comprendre le concept, voilà une petite vidéo de mes amis de CommonCraft : RSS in Plain English.