Petit panorama de l’Internet vert et durable

Le web en devenant le premier support interactif des pays riches est devenu le vecteur privilégié des messages écologiques des entreprises et des institutions. Les initiatives écologiques se multiplient sur Internet, pour de véritables raisons d’information et de prévention ou seulement pour blanchir (verdir) l’image de certaines entreprises.

Pour faire écho à mon dernier article (votre maison écologique), je vous propose un petit tour rapide et non exhaustif des différentes catégories de sites écolo ou de développement durable :

Les vrais concepts qui éco-déchirent et qui renouvellent les stratégies internet :

  • Blackle : Afficher des pixels blancs nécessite plus d’énergie qu’afficher des pixels noirs ! Alors, l’association écologiste Heap Media a lancé Blackle.com : Google, mais sur un fond noir ! La page d’accueil indique près de 120 000 Watts sauvé grâce à cette méthode. (via [Z!])
  • La carte interactive du National Geographic sur les effets du réchauffement de la planète. Ou, comment utiliser le flash pour une démonstration simple et efficace des catastrophes à venir.
  • Doona : un moteur de recherche à but humanitaire. C’est-à-dire que tous les bénéfices issus des liens sponsorisés des recherche seront destiné à l’humanitaire ou au caritatif (environnement compris).
  • Greenquizz a un concept simple : à chaque 100 bonne réponse à une question sur le thème de l’écologie, Greenquizz s’engage à planter un arbre. Déjà 100 arbres plantés (au 7 juillet 2007).
  • EcoloInfo : la barre d’outils pour navigateurs qui regroupe des informations, des blogs, des associations, les produits à acheter et des boutiques éthiques. Cette barre introduit un fonctionnement collaboratif, c’est-à-dire qu’elle permet aux internautes de faire découvrir des articles sur le sujet à d’autres utilisateurs du produit. Pour ma part, je n’aime pas trop installer des barres sur mon navigateur (peur les spyware), mais l’idée est intéressante, destinée aux internautes très amateurs d’écologie et de développement durable.
  • Adopt the sky : une pétition en ligne assez joliment réalisée même si j’ai des doutes sur le principe même de la pétition. C’est tellement facile de cliquer sur un bouton assis devant son PC…

Les mondes virtuels

  • Quelques initiatives en faveur de notre planète sur des mondes virtuels que vous pouvez retrouver sur le blog de Nessy Lupino une résidente de Second Life anti OGM qui nous fait part de ses coups de coeur et de ses humeurs écologiques
  • Vous pouvez également consulter le blog d’Ekoolos qui va relayer toutes les infos Second Life ou internet en faveur de l’écologie.
  • Et à ne pas louper le blog de Monmoulins.com, qui relaie toutes les actions anti-nucléaire sur SL dont notamment la dernière exposition sur les enfants de Tchernobyl
  • Enfin, une curiosité : SOS21 un jeu éthique tactique et multi-joueurs mis en place par l’ADEME et la fondation Nicolas Hulot dan le cadre de l’opération un défi pour la terre.
    L’objectif de ce jeu est de sensibiliser les joueurs au développement durable dans ses 3 dimensions (sociale, économique, environnementale) au travers de leurs choix dans un monde virtuel.

A noter que vous allez également retrouver toute une frange d’articles condamnant la pollution et le réchauffement occasionné par les serveurs et machines branchées sur le réseau (et notamment sur Second Life – cible inexpliquée de ce mouvement).
par exemple : Quand le monde virtuel pollue le monde réel

Les sites Internet

  • L’observatoire des Usages de l’Internet, le site de l’internet équitable. Pour trouver pleins d’info sur les vraies actions de développement durable sur Internet.
  • Si vous aimez les animaux, je ne peux que vous convier à tester Natureza Viva, un magnifique site collaboratif vous permettant de sauver la forêt brésilienne.
  • Et pour ceux qui ont des enfants et qui ne sont pas encore sensibilisé à l’environnement, allez voir cette vidéo virale de Greenpeace Angry Kid, ça devrait vous provoquer quelques réactions saines.

Certaines de ces opérations fonctionnent même très bien. On peut noter par exemple le site de Greenpeace anti–Apple qui a permis à Steve Jobs de prendre conscience de l’impact négatif du manque de respect de l’environnement sur son image et l’a obligé à communiquer sur le sujet (a Greener Apple). Opération réussie pour Greenpeace.

Les marques

En parallèle de ces sites purement altruistes, les grands groupes sont toutes dotées d’une rubrique « environnement ». Les premiers à le faire ont souvent été ceux qui avaient quelque chose à se reprocher. On peut y trouver (extract rapide et dans le désordre) : Total, Veolia, EDF, Suez, etc. Ces groupes ont été assez rapidement rejoints par les sites de grande distribution comme Carrefour ou Monoprix.

Et également par les constructeurs de voitures : Toyota, Ford, Land Rover, Peugeot, Volvo, Citroën, etc. Des rubriques très institutionnelles mais qui peuvent être renforcées par des opérations dédiées. Comme par exemple le blog consacré aux biocarburants «parrainé» par Saab : Roulonspropre-roulonsnature.

Les produits investissent aussi le développement durable et Internet comme par exemple Sun avec le site les économies durables. Mais de plus en plus de produits évoluent pour mettre en valeur cet aspect « vert » ou « développement durable ». Gageons donc que l’année 2008 sera l’année du vert sur Internet.

Pour en savoir plus sur l’écologie et les marques :