Le ministère de l’information

Ce matin, je me réveillait tranquillement sur un jazz de TSF (forcément France culture était en grève), quand la présentatrice a annoncé que si l’on cherchait les paroles de la chanson sur Internet, on allait forcément tomber sur des centaine de paroles fausses. Et que pour trouver la bonne, le gouvernement, dans le cadre de la loi « Création et Internet » (Hadopi), avait créé un label « qualité de l’information » sur Internet.

Grâce à ça, nos petites têtes vides allaient pouvoir faire confiance, le cerveau fermé, aux sites web labellisés par le gouvernement. Ca y est ça le cauchemar commence…

Contrôle de l’information

212leninpravdaUn label « Qualité de l’Information » pose plusieurs questions fondamentales :

  1. Qui attribue ce label ? Le gouvernement évidement. Et d’ici un an une commission dédiée (ou même un ministère, c’est important la pureté de nos têtes blondes)  sera créé afin d’améliorer le référencement de tout les sites qui mérite ce label. Quoi ? La CNIL n’a déjà pas assez de ressources pour gérer les problèmes de vie privée sur Internet ? Mais on s’en fout de la CNIL. D’ailleurs, tiens on la supprime la CNIL ! Intégrée au Ministère de l’Information la CNIL. Non mais, c’est qu’ils menaçeraient la voix du progrès Français ces anarchistes.
  2. Quels sont les critères factuels d’obtention du label ? Facile. 1. l’information devra être de qualité (= reprendre les communiqués de presse officiels de l’Elysée) 2. l’information ne devra pas être confuse (=reprendre la liste des sujets autorisés par l’Elysée) 3. l’information devra être transmise par des personnes reconnues pour leur probité et leur professionalisme (= des proches ou des amis du président et du gouvernement). Alors, facile d’obtenir ce lable de qualité ! Pourquoi flipper ?
  3. Et que se passe t’il pour ceux qui n’ont pas ce label ? Tout d’abord il faut comprendre que ce label est une protection contre des méchants qui racontent n’importe quoi et qui veulent insuffler le doute dans vos petits cerveaux déjà bien abimés par la crise. Donc il faut prendre des mesures contre ces méchants. Ce Rassurez vous, la loi « Création et Internet » est là pour ça. Car sa deuxième phase sera de bloquer ces sites web qui n’ont pas le label officiel. Ca marche bien en Chine (et ils sont beaucoup plus nombreux que nous), alors pourquoi pas en France !

Des précédents historiques

140px-bundesarchiv_bild_119-2406-01_berlin-lustgarten_rede_joseph_goebbelsGoebbels, le plus connu des ministres de l’Éducation a lui aussi inventé quelques label de qualité de l’information très suivi à son époque (la population n’avait pas le choix remarquez).  En 1933, le ministère de la culture et de l’information s’appelait en effet Ministère de l’Education du peuple. Car un peu comme avec la loi Hadopi, le bon peuple de l’époque n’était pas capable de distinguer les bonnes informations des mauvaises. Il fallait donc une autorité bienveillante pour le guider et lui éviter de lire / écouter n’importe quoi.

allpowertosovietspeacetoallnationslandtopeasantsfactoriestoworkersleninholdingthepravdanewspaperLa Pravda (la vérité en russe), organe de presse officiel de l’URSS a obtenu le label « Qualité de l’information« . Ses rédac chefs et journalistes n’avaient pas trop le choix remarquez, l’alternative étant souvent la déportation (lire plutôt vacances méritées vers des pays tropicaux).

La Chine a, elle aussi, un label de qualité de l’information irréprochable. D’ailleurs, souvenons-nous en, la France a remis en 2007 la Légion d’honneur au chef de la censure chinoise, heu, je veux dire au Directeur Général de l’Administration générale de la Presse et de la Publication (lire La France honore la censure chinoise).

sarkoAu fait, saviez-vous que la France a reconnu il y a 2 semaines que le Tibet était officiellement province chinoise ? Et donc que le gouvernement Français ne peut plus recevoir officielement le Dalaï Lama ? Non ? Bonne nouvelle alors, le ministère de l’Information Française fait bien son boulot (y’en a au moins un) ! Et les Tibétains, ont maintenant un beau Ministère de la Presse Chinoise, quelle chance (en voilà une qui connait pas la crise).

La France se dirige donc gentiment vers ces si beaux exemples de démocratie. Ce qu’on ne peut acheter à la Berlusconi, on le contrôle à la Goebbels. La loi « création et Internet », aurait du s’appeler loi « contrôle de l’information » mais les marketeurs du gouvernement (les talentueux qui ont fait élire notre président) ont décidé de changer le nom. Trop connoté parait-il. Le contenu par contre, est resté le même.

De la liberté avant toute chose…

Si vous lisez mes pérégrinations sur Internet, vous connaissez déjà mes vues sur le sujet. La liberté mentale ne s’obtient qu’avec de la culture et du travail. Ceux qui disent le contraire et veulent vous aider à être mieux dans votre tête ne sont que des marchands de rêve qui veulent abuser de vous. C’est le cas avec cette loi, mais il y en aura d’autres.

Alors que faire ?

Réfléchir à des alternatives geek pour continuer à faire comme si de rien était ? Mais dans ce cas, on va obtenir 2 camps : ceux qui savent utiliser un anonymiser et les autres, le grand public qui voguera dans cette information contrôlée. Et dans ce cas, les conséquences sont imprévisibles. Rappelons-nous que le Nationalsozialismus a été choisi par le peuple, pas par les penseurs (en dehors de quelques ordures).

Non, la seule alternative valable à mes yeux, c’est en parler et relayer le message pendant qu’on le peut encore. C’est par la culture que l’homme s’élèvera. Et c’est la culture qui empêchera les régimes honteux de se construire, vous ne croyez pas ?

A lire également

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x8lptt_loi-hadopi-leditovideo_news[/dailymotion]